Retour au site




Accueil

Recherche

Votre recherche de Shlomo a donné 5 résultats.

mardi 9 octobre 2012

Aurevoir, Shlomo. Je garde ton sourire...

Shlomo Veronique Le temps emporte un à un les survivants de Birkenau qui furent prisonniers d'un Sonderkommando. C'est de Shlomo Venezia que je relaie aujourd'hui l'annonce du décès. Il ne sera plus dans son petit magasin de Rome, il n'accompagnera plus de groupes à Birkenau pour leur faire percevoir le passé par sa parole...

J'ai une pensée particulièrement émue pour son épouse et ses fils, et pour ses proches et amis. Je pense à Laura, qui doit elle aussi avoir à faire avec ce vide cruel dans lequel on tombe quand la mort nous enlève un ami.

lundi 23 avril 2012

Du droit d'auteur, du site Babelio et de beaucoup d'autres

Babelio : je renvoyais vers ce site dans mon dernier post, à propos de la biographie de Jiri Weil. Ce soir je découvre que, pour présenter le livre de Shlomo Venezia, ils utilisent une photo de mon site, sans le citer bien entendu, mais après l'avoir recadrée afin d'en supprimer la mention d'appartenance. Je regrette d'avoir renvoyé vers un site de voleurs d'images.
J'en profite pour ne pas passer sous silence le fait que, lorsqu'ils écrivent : "Shlomo Venezia, après la libération, devint un des plus importants porte-paroles de l'Holocauste" c'est non seulement une superbe ânerie, mais elle prouve de surcroît qu'ils n'ont même pas lu le livre qu'ils chroniquent.
Après être passée par la recherche "Google images" je découvre qu'en fait, toute personne évoquant le livre de Shlomo est venue capturer sans états d'âme la photo qui lui plaisait sur le site, en a effacé la mention "sonderkommando.info" et est repartie tranquillement avec son larcin. Le fait est que le photographe qui a fait ces images les a prises avec son cœur et cela se voit : ce sont les plus belles du net ! Mais sous prétexte qu'internet offre une libre consultation, d'aucuns considèrent que cela donne la liberté de piller. Je sais bien que les informations mises en ligne sur mon site sont utilisées par d'autres dans des copiés-collés sans mention d'origine, et la chose est difficile à avaler dans la mesure où chaque page correspond à des heures de travail, à des voyages, à des achats d'archives...
Mais pire encore : des sites négationnistes se sont emparés eux aussi de ces images. Là, le photographe qui a pris ces photos a vu rouge... dès qu'il aura terminé l'ouvrage qu'il écrit actuellement, je sens que ça va être saignant...

Un lien vers un article concernant l'utilisation de photos sans consentement...

samedi 4 septembre 2010

Amnon Weinstein, luthier et Shlomo Mintz, violoniste

A_Weinstein_S_Mintz_Auschwitz Un bel article dû à Ulysse et au quotidien Le Monde d'où est extraite cette illustration. Il s'agit d'une photo de l'atelier d'A. Weinstein.
Je vous engage tout simplement à lire cet article. Surtout si vous êtes violoniste, car nul doute alors que vous vous êtes déjà interrogé sur le devenir de tous ces violons qui sont arrivés dans les camps avec leurs instrumentistes.
Il suffit de cliquer sur ce lien pour en savoir davantage sur ces violons rescapés.

mardi 15 mai 2007

Georges Didi-Huberman. Malgré tout.

Photo SK 1 Je suis entrain de lire son livre Images malgré tout qui propose une étude des quatre photos prises par les SK en été 44.

J'avais lu le témoignage d'Alter Fajnzylberg expliquant comment cet appareil lui avait été transmis par David Szmulewski (alors Blockschreiber au B II d et auquel il a ensuite remis la pellicule avant d'enterrer l'appareil auprès du K V), comment il s'est avéré y rester quatre clichés, pris par un membre du SK sachant manipuler l'appareil, un Juif Grec prénommé Aleks, alors que d'autres (Shlomo et Abraham Dragon notamment) faisaient le guet durant la prise de vue, ...

Mais les conditions de la prise de vue sont ici secondaires -en dehors du fait, non négligeable évidemment, que tous les participants s'exposaient à d'épouvantables représailles, et on sait comment certains officiers SS ont excellé dans l'art de la torture destinée à "faire exemple" devant l'ensemble des membres du SK. Ce qui est précieux dans cet ouvrage, c'est la réflexion brillante et argumentée de l'auteur sur ces images qui sont un "malgré tout" de l'Histoire en tant qu'acte de résistance héroïque, et un "malgré tout" de la pensée de "l'inimaginable".

Photo SK 3 Un véritable plaisir de lecture. Je me rends bien compte que c'est aussi que j'y retrouve certaines de mes convictions (sur les effets de ces notions d'indicible ou d'inimaginable de la Shoah par exemple), mais ce n'est pas seulement l'effet miroir qui m'enthousiasme. Georges Didi Huberman nous invite, au travers de ces quatre photos, à interroger le rapport à l'image en général, mais surtout le rapport à l'image concernant la Shoah en particulier, le rapport de l'historien à l'image et au document en général, ... Il me semble qu'il y a réellement là un écrit d'intellectuel au plus noble sens du terme : une réflexion de fond, utile et riche.

Mais hélas, hélas, lorsqu'il évoque les nombreux manuscrits enterrés jamais cherchés, subitement plus rien de sa volonté d'interroger dans le détail chaque élément. Il se contente de cette pseudo-réponse déjà tant de fois entendue :"les paysans polonais (...) ont dévasté le camp et détruit tout ce qui ne leur semblait pas précieux". Elle est certes juste mais néanmoins irrecevable, parce qu'elle est insuffisante. C'est un paravent derrière lequel se cacher pour ne pas interroger la constance de la non-recherche de tous ces manuscrits, de 45 à nos jours (et des moyens techniques permettraient désormais des méthodes moins invasives que de retourner cette terre). Oui, il fallait chercher malgré tout. Oui, aujourd'hui encore, malgré tout, il faut chercher.

''Images malgré tout'' . - Editions de Minuit

dimanche 29 avril 2007

Abraham

Abraham & Shlomo 1947 - Archives d'Auschwitz



J'ai appris ce matin la mort d'Abraham Dragon.

Journée bien triste, accompagnée de l'image des deux frères.

Abraham & Shlomo, affectés ensemble au Sonderkommando.
Shlomo & Abraham aux numéros qui se suivaient, qui ne se sont plus jamais séparés.







Abraham & Shlomo - 1947 - APMO (Archives d'Auschwitz)