Concours National de la Résistance et de la Déportation
année scolaire 2008/2009 :
"les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi".

Plan du travail de préparation que j'ai prévu puis mené avec les élèves (lycée) pour le concours de cette année. Ce contenu s'étale sur l'ensemble de l'année scolaire, jusqu'au concours (en mars) et il s'avère que ce n'est pas tant pour un tel contenu, à raison d'une heure quinzaine. Les différents éléments du plan y sont développés à l'oral, s'y ajoutent des moments de réflexion ou d'autres informations à leur demande (dans l'un des groupes, par exemple, on m'a demandé des informations sur les modalités de la résistance juive).
J'en profite pour féliciter pour leurs résultats les élèves qui ont participé cette année, mais aussi les remercier pour leur attitude et les qualités personnelles que cela implique.


Début du travail sur un sujet : invariablement, définir les termes et circonscrire les thèmes.

 

Les ENFANTS et les ADOLESCENTS dans le SYSTEME CONCENTRATIONNAIRE NAZI.

          0-14                     14-17                                   camps gérés par la SS             NSDAP

   

La SS – création en 25 : garde perso d’Hitler (groupuscule nationaliste créé en 20)

-  Allgemeine SS / Waffen SS -> Totenkopf

Recrutement : voir transparent "Ich schwöre dir… " (de la discipline à l’obéissance aveugle, aryanité,… ex. mariage)

-  Uniforme noir dès 32 (place de l’apparence / de l’apparat)

-  Janvier 29 : moins de 300. Nomination de Himmler comme Reichsführer → 15.000 en 31.

 

 

Les Nazis = rappels : parti NS : "National Socialisme" (en opposition au "socialisme international")

-  Création en 1920 du NSDAP : "National Sozialistische Deutsche Arbeiterpartei" = parti national-socialiste des travailleurs allemands.

-  1925 : Mein Kampf

-  Le 30 janvier 33 : Hitler chancelier.

-  En juillet 33 le NSDAP est le parti unique autorisé.

 

► Les élèves doivent différencier : Allemands – Nazis – SS (termes utilisés de façon + indifférenciée par les survivants).

 

 

 

A ] LE SYSTEME CONCENTRATIONNAIRE : ASPECTS GENERAUX

 

-  Contexte - Avant les camps d’extermination :

  • Fin 39 à l’été 41 en Allemagne : l’euthanasie de 70.000 "improductifs" (l’eugénisme, T4 → premières expériences de gazages au monoxyde de carbone en bouteilles puis premiers camions. Futurs responsables). Documents : affiches de propagande d’époque. Notions de "race" de "sang pur" : caution pseudo-scientifique de l'idéologie.
  • En 41 : Einsatzgruppen et "Shoah par balles". Victimes ≥ 1million 5.
    (Rappel : 23 août 39 : pacte germano-soviétique / juin 41 : opération Barbarossa)
    Octobre 41 : Himmler interdit l’émigration des Juifs.
  • Pour mémoire (détaillé par la suite) : en 40 dans les pays occupés → mesures anti-Juives (France) → ghettos (Pologne) et camps de concentration (Allemagne, Autriche)
  • 20 janvier 42 : Wannsee.

-  Importance de la notion d’évolution (jusqu’aux camps) et selon les époques => réalités différentes.

 

 

1) LES LIEUX : "les camps" c’est quoi et où ?

 

-  Camps d’internement (arrêt sur les camps du Sud Ouest : transparent).
Les Républicains Espagnols (Argelès et Rivesaltes, et le 20 août 40 : le "convoi des 927"),
Le pouvoir d’interner les Juifs donné par "l’Etat Français" à partir de la fin 40.
La situation dans ces camps (quotidienneté : hygiène, nourriture ; les interventions d’associations)

 

-  Camps de transit (Belgique, Hollande et arrêt sur Drancy : extrait DVD)
En France : le 27 mars 42 : 1er convoi de Juifs et "politiques" (1.112 hommes).
Le 16 juillet 42 : la rafle du Vel’ d’Hiv’ (13.000 pers en 2 jours, et évolution : femmes et enfants).
Ex du convoi n°20 du 17 août 42 : 1.000 déportés dont 583 enfants : 3 survivants.

 

-  Camps de concentration (Allemagne, Autriche).
La "rééducation". Particularités de certains camps : Dachau (mars 33), Buchenwald –Résistants- (juillet 37) [3 surv sur 4], Mauthausen –Républicains Espagnols- (août 38) [1 surv sur 2], Ravensbrück –femmes- (mai 39), Theresienstadt (novembre 41) [prison → ghetto → camp] particularité des enfants (et des 500 Danois !)

 

-  Ghettos :

  • 400 ghettos (Europe de l’Est occupée par l’Allemagne, majoritairement en Pologne. Le Gouvernement Général) créés entre 40 et 41. Octobre 41 : peine de mort pour tout Juif hors d’un ghetto. Pas seulement un quartier : surpopulation, manque de nourriture ("30 Pfennig") et absence de soins. Isolement total, physique et moral. 600.000 morts sur l’ensemble des ghettos (A. Wieviorka).
  • Varsovie : le plus grand : 450.000 Juifs, jq soulèvement de mai 43. Treblinka à 80 km.
    Łódź : 1er mis en place (février 40) 2nd en importance. Industries → jq août 44.
  • Spécificités et fonctionnement (étude du transparent : Łódź, ghetto mis en place au printemps 40, comme celui de Varsovie) et place particulière des enfants (trouver à manger, usine à partir de 9 ans). Lecture témoignage.
  • Les "Judenräte". Rumkowski, sept 42 "Un coup douloureux a frappé le ghetto. Ils nous demandent d'abandonner le meilleur de ce que nous avons -les enfants et les vieillards. Je n'ai pas été digne d'avoir moi-même un enfant, j'ai donc donné les plus belles années de ma vie aux enfants. J'ai vécu et respiré avec les enfants, je n'imaginais pas que je serais forcé de faire ce sacrifice sur cet autel de mes propres mains. Dans mon vieil âge, je dois tendre les mains et supplier : frères et sœurs ! Remettez-les moi ! Pères et mères : donnez-moi vos enfants ! " (→ Chelmno).
    Bilan Łódź : 200.000 / 5% de survivants.

 

-  Camps d’extermination / camps "mixtes" (Pologne. Reprendre la liste, commentaires, présentation spécifique d’Auschwitz. En déc. 41, camions à Chelmno, monoxyde de carbone, Zyklon à Auschwitz).
En Pologne : 33 millions d’hab, dont plus de 3 millions de Juifs.

Etude du transparent "principaux camps".

 

 

2) LES VICTIMES : qui et pourquoi ?

 

-  D’abord, dès 33, les "opposants" (= tous types : des intellectuels, artistes, religieux, …).

-  Dès 36, les "asociaux" (= tous ceux que les nazis réprouvent : vagabonds, droits communs récidivistes, prostituées, homosexuels, alcooliques). Définition juridique en 38 : "Est considéré comme asocial celui qui démontre par son comportement antisocial sinon criminel qu’il ne veut pas s’intégrer à la communauté")

-  Ensuite les POW Soviétiques (pacte de non-agression 23 août 39 / juin 41 : Barbarossa). Evoquer les Conventions de Genève (1864 : protection des civils, 1929 : prisonniers de guerre).

-  Ensuite, puis surtout les "raciaux" : Tziganes et Juifs. (L’évolution de la "Judenfrage" en 40 de spoliation et mesures anti-Juives (lecture Journal d’Anne Frank) à l’idée d’émigration –Madagascar- à regroupement –Lublin- à 41 "Endlösung" –ghettos et extermination- et Wannsee en janvier 42.)  Ex. de modalités : lecture du témoignage en Lituanie.

 

 

3) EN FRANCE : comment ?

 

-  La confiance des populations Juives dans les lois de la France (recensement de la fin 40).

-  La "rafle du billet vert" au printemps 41 ("examen de situation" plus de 4.000 Juifs étrangers de 18 à 60 ans sont envoyés dans les camps du Loiret → Beaune-la-Rolande).

-  Explicitation d’un "parcours" en France : ex des rafles d’arrondissements parisiens en août 41 (Drancy vient d’ouvrir). Assistance de la Police du Gvt de Vichy.

-  16 juillet 42 : Vel’ d’Hiv’ (près de 13.000 personnes dont plus de 4.000 de moins de 16 ans).

76.000 Juifs seront déportés de France dont 11.600 enfants (63.000 partis de Drancy) et 88.000 non Juifs. 59% des non Juifs reviendront mais seulement 3% des Juifs…

 

 

 

B ] LE FONCTIONNEMENT AU QUOTIDIEN DU SYSTEME CONCENTRATIONNAIRE

 

La mise en place : Dachau → Th. Eicke

-  30 mars 33, près de Munich. Bases du système concentrationnaire nazi. La violence et le climat de terreur sont posés d’emblée comme modes de fonctionnement. Le règlement qui organise humiliations, sévices, numérotage, échelle des punitions diverses jusqu’à la peine de mort.
Citation du texte d’O. Pohl (avril 42) : "Le Commandant du camp est seul responsable de la main d’œuvre. Cette exploitation doit être épuisante dans le vrai sens du mot, afin que le travail puisse atteindre son plus grand rendement. La durée du travail est illimitée. Cette durée dépend de la structure et de la nature du travail, elle est fixée par le Commandant seul…"

-  La communication / la propagande : rassurer ou effrayer mais convaincre. (Transparents : le "Beobachter" et le "Stürmer" ss-titré "l’hebdo alld qui combat pour la vérité". Non off → caricatures et textes violents voire grossiers.) Lecture témoignage à propos des caricatures du Stürmer.

-  La formation des "futurs cadres".

-  Le rôle des crématoires.

-  Le vocabulaire utilisé (à l’oral : "Stück", "Rampe", "verladen",…et dans les documents officiels).

"Le" camp :

-  Aspect : barbelés – gardes – miradors

-  Inscription : rasage – douche – désinfection - numéro – vêtements (rq sur triangles et climat).

- Quarantaine – affectation (Block / baraque) et Kommando.

- Sélections pour réduire l’effectif ("sur place" ou transferts).

- Place d’appel.

- Latrines.

- Punitions publiques.

 

1) LE TRAVAIL
Organisation en "Kommando" sous les ordres d’un "Kapo" pour tous les domaines.
Evolution des types de travaux et exemples (humiliation et persécution / construction, fonctionnement et entretien / au service d’entreprises).
Ex des ados : Maurerschule, "Pipel", "Kaninschen" pour les jeunes filles / considérés comme adultes (sauf par certains prisonniers adultes cf témoignages) + spécificité Theresienstädter et enfants à Birkenau.

 

2) LE POUVOIR
Organigramme simplifié.

 

3) LA NOURRITURE
Matin / soir. Nb de calories. Distribution.

 

4) LA SANTE
HKB / Revier / Lazaret.
La "médecine" pour les prisonniers / pour les SS.
Les expériences pseudo-médicales (enfants Tziganes à Auschwitz, enfants à Ravensbrück).
Les femmes enceintes.

 

5) LA FIN DES CAMPS
Marches de la mort (250.000 morts d’après S. Friedländer).
Selon les: Soviétiques, Britanniques, Américains → procès tribunaux militaires (d’après S. Klarsfeld, 5 % des criminels avérés…)
Date retenue : celle d’Auschwitz (emblématique : concentration / travail / extermination, et Juifs / Tziganes / politiques / "asociaux")

 

 

 

C ] CHIFFRES ET RECAPITULATION DES ASPECTS SPECIFIQUES CONCERNANT LES ENFANTS


Camps d’internement
 : avec les parents (mêmes conditions), interventions d’associations → enfants cachés.

 
Camps de transit : parfois seuls (parents déjà déportés). 141.000 personnes furent déportées de France en 74 convois. Sur une estimation de 300.000 Juifs vivant en France en 1939 (dont 1/3 était Français depuis plusieurs générations), 76.000 furent déportés dont 11.600 enfants (plus de 63.000 partis de Drancy) 2.560 survivants soit 3,3 %. Sur les 66.000 autres déportés de France pour raisons diverses (dont 42.000 pour "faits de résistance" : 23.000 survivants soit 32%. [source IHTP]

 
Ghettos : avec les parents, parfois des écoles, plus souvent au travail… et en quête de nourriture !

 
Camps de concentration : déportations rares sauf Ravensbrück et Terezin (Theresienstadt).
A Terezin, 144.000 Juifs ont été déportés (1/4 y mourront, 88.000 seront transportés à Auschwitz en 63 convois. Sur 7.590 enfants, 142 survivront).

 
Camps d’extermination : seuls ou + souvent avec les parents.
Sont considérés aujd’hui comme fiables les chiffres selon lesquels 2/3 de la population Juive d’Europe (≈ 66 %) et 1/3 de la population Tzigane d’Europe (≈ 33 %) ont été exterminés.
Les pourcentages selon les pays sont très variables (ex. 80 % des Juifs de Hollande, etc)

 
On estime que plus d'un million d'enfants juifs fut exterminé en Allemagne et en Europe occupée (source : USHMM).

 

 

D ] LES ETAPES DE LA PROTECTION DES ENFANTS DANS LE MONDE

 

Voir document distribué

+ notion de Crime contre l’Humanité / Terme de génocide / Tribunal International

► Autres documents distribués :

- Historique : document travail dans l’univers concentrationnaire

- Tableau : types de camps / spécificités

- Plan progression


[Page mise en ligne en mars 2009]

Thèmes liés

les-proces-de-treblinkaTreblinka se trouve à proximité de Varsovie. C’était un camp de petites dimensions comparables à celui de Sobibor "500 mètres dans sa plus grande extension" témoigne le SS Suchomel, mais 1km sur 600m[...]
  
lodzPage mise en ligne en 2010. Dernière modification en 2016. Partie I : Introduction La première fois que je suis allée à Łódź, c'était grâce au Mémorial de la Shoah à Paris (Université d’été en[...]
  
colloque-a-bruxellesA l'initiative de la Fondation Auschwitz de Bruxelles, s'est tenu durant trois jours (23, 24 et 25 mai 2013) un colloque international intitulé : "Sonderkommandos et Arbeitsjuden. Les travailleurs forcés[...]
  
a-propos-du-dessin-de-david-olere-qui-a-ete-intitule-qbunker-2qDavid Olère était un dessinateur, affichiste, peintre et sculpteur. Il a été affecté à un Sonderkommando à son arrivée en mars 43. Une page spécifique en six parties, consacrée à l'inestimable apport[...]
  
evenementsVous trouverez ici des pages présentant des évènements spécifiques liés à la Shoah. Voici celles qui sont actuellement en ligne : La "Nuit de cristal" ("Kristallnacht") [mis en ligne en novembre 2007][...]
  
aller-a-auschwitz // Je crois que j’étais un "visiteur-lambda" type. Je n’avais qu’une journée. J'avais un certain "bagage de connaissances". J'avais parcouru le camp d'Auschwitz 1 avec un guide et j’avais choisi[...]
  
a-copenhague-danemarkJ’ai eu l’occasion sympathique de passer quelques jours à Copenhague en novembre et il me semble qu’il y a là matière à écrire quelques mots (liés au sujet du site évidemment) pour deux raisons[...]