En 1920, Hitler créé le parti National-socialiste (NSDAP, Nationalsozialistiche Deutsche ArbeitenPartei) et en 1925 la SS. Elle sera ensuite subdivisée en trois branches : Allgemeine, Verfügungstruppen et Totenkopfverbände (cette appellation "Têtes de mort" date de 36). En juillet 37 les "SS Têtes de mort" qui encadrent les camps représentent près de 4.500 hommes, répartis en 3 régiments. En 40 ils seront 35.000. Sur l'ensemble de la durée d'existence du camp d'Auschwitz, le personnel SS représente plusieurs milliers de personnes.

Il s’agira, dans la liste que j'établis ici peu à peu, de personnes ayant joué un rôle spécifique par rapport à Auschwitz, quels que soient leurs grades et leurs responsabilités. Peuvent ainsi s'y retrouver aussi bien "d’importants décideurs" que de "petits acteurs", alors que d’autres, n’ayant pas eu de rapport particulier à Auschwitz, en seront absents. Pour les informations plus générales concernant les grades et leur "valeur" (équivalents dans l'armée française), ainsi que le nombre et l'organisation (fonctions) des SS à Auschwitz voir la page de présentation de cette rubrique.

Ces informations émanent de témoignages de survivants, des ouvrages "Auschwitz vu par les SS", "Commanders of Auschwitz", "Hefte von Auschwitz" (voir la bibliographie) ou de diverses archives. Bien entendu, s'y retrouvent majoritairement les SS qui ont été arrêtés et jugés. Il est illusoire de penser que la majorité des centaines de milliers de SS qui ont sévi dans les camps entre 1933 et 1945 ont été capturés et jugés. Il est bien évident qu'il est beaucoup plus difficile d'obtenir des informations concernant les SS qui ont réussi à "se fondre dans le paysage" d'après-guerre. On notera en outre la durée des peines qui va en s'allégeant très vite au fil des années...

Je propose également :
- une page générale de présentation des procès qui évoque d'autres camps qu'Auschwitz,
- une page  sur Treblinka et une spécifique sur les procès de Treblinka
- et de nombreuses pages qui détaillent le procès d'Eichmann.

 

[Comme dans toutes les pages du site, tout ce qui est en gras et de couleur marron est un lien cliquable.
Merci de ne pas oublier que ce site représente un travail considérable, proposé à la libre consultation de chacun. Pour autant, cela n'autorise pas à "piller" : ne faites pas de copié-collé, mais des liens vers les pages que vous voulez citer. Merci.
]







Le serment pour entrer dans la SS : "Je te jure, Adolf Hitler, Führer et Chancelier du grand Reich allemand, fidélité et bravoure. Je fais vœu d’obéir jusqu’à la mort à toi et aux chefs par toi désignés. Que Dieu me soit en aide !"

 

ACKERMANN, Fredi. Unterscharführer. 1909-1946. Arrivé à Auschwitz en février 42, il en est parti en octobre 44. Il est intervenu au Bunker 2 et Kommandoführer au K III (cité notamment par Milton Buki, au 127è jour du Procès d'Auschwitz à Francfort, soit le 14 janvier 65).

ADOLPH, Benno. Hauptsturmführer. 1912-1967. Entre au NSDAP et à la SA Bavaroise en avril 33. Il devient SS en 38 (n° 340.774). Il entre dans la Totenkopf en 41 et arrive à Auschwitz début 43 où il devient médecin du camp des Tziganes (du 27 mars au 27 avril 43). Il passera, toujours dans les mêmes fonctions médicales, à Buchenwald, Flossenburg, Mauthausen et Belsen. Il se marie en août 44. En novembre 44 et jusqu'à la fin de la guerre, il rejoint l'Obergruppenführer Hermann Höfle. Il ne sera jamais jugé.

ALBRECHT, Bruno. Unterscharführer. Sera à la Politische Abteilung. Jugé à Cracovie en 48 et condamné à 7 ans de prison.

AMMERING, Johann. Unterscharführer. Wachmann à Auschwitz. Il devait être jugé à Cracovie (48) mais mourra durant l'instruction.

ARETZ, Wilhelm. Rottenführer. Wachmann (garde) à Auschwitz. Jugé à Cracovie en 49 il sera condamné à 3 ans de prison.

ARNHOLD, Wilhelm. Unterscharführer. Garde à Auschwitz. Jugé à Cracovie en 48, il sera condamné à 4 ans de prison.

AROLD, August. Hauptsturmführer. Mort en 47 en Pologne.

AUMEIER, Hans. Sturmbannführer. 1906-1948. Il arrête sa scolarité à 12 ans en 1918. Il entre rapidement au NSDAP et à la SS (n° 2.700). Bien qu'officier, il était inculte. Lagerführer du camp d'Auschwitz I de février 42 à août 43 (voir la biographie détaillée à la page "les accusés du procès à Cracovie').

BADSTÜBER, Johannes. Unterscharführer. Garde. Condamné à 3 ans de prison à Cracovie en 48.

BAGA, Karol. Sanitätsdienstgefreiter à Auschwitz I (puis à Fürstengrube entre mai 44 et janvier 45). Ayant manifesté une volonté de coopérer avec la commission d’enquête polonaise, il sera condamné seulement à une courte peine.

BAIER, Ferdinand. Unterscharführer. Blockführer au Block 11. Condamné à 10 ans de prison à Cracovie en 48.

BAER, Richard. Sturmbannführer. 1911-1963. Il se destinait à la pâtisserie... mais en 31 il entre au NSDAP et en 32 à la SS (n°44.225). Commandant d'Auschwitz Birkenau du 11 juillet 44 à janvier 45. (voir les détails de sa biographie sur la page "les accusés du procès à Francfort").

BAINGO, Theodor. Unterscharführer. Garde. Condamné à 4 ans de prison à Cracovie en 48.

BAJERKE, Alfred. Unterscharführer. Garde. Condamné à Cracovie en 48 à 15 ans de prison.

BARA, Karl. Unterscharführer. Au service médical (SDG). Condamné à Wadowice en 1946 à 3 ans de prison.

BARETZKI, Stefan. 1919-1988 (voir "accusés du procès à Francfort").

BAUMGARTNER, Ludwig. Obersturmführer. Né en 1909 près d'Ulm. Entre à la NSDAP (n°1.497.067) et à la SS (n°257.276) en 1932. Il est passé de Sachsenhausen (en 1940) à Flossenburg avant d'arriver à Auschwitz 1. Il y restera du 15 mars au 22 novembre 1943 comme bras droit de Höss avant d'être transféré (pour le même poste) à Flossenburg. Il est mort en janvier 66 à Hamburg.

BAYER, Wilhelm. Obersturmführer. Officier du tribunal SS. Jugé à Cracovie en 1948 il est condamné à mort et exécuté.

BECKER, Adolf. Hauptscharführer. Stabsfeldwebel à Auschwitz. Jugé à Cracovie en 48, il est condamné à 5 ans.

BECKER, Bernhard. Obercharführer. Lagerführer à Neustadt (l'un des sous-camps d'Auschwitz). Jugé en 48 à Cracovie, il est condamné à la prison à vie.

BEDARF

BEHRENS. Unterscharführer. Adjoint de KNITTEL (voir ci-dessous). Cité par C.R. Zürcher (voir bibliographie).

BEIERSDORFER, Karl. Unterscharführer. A la cuisine du camp. Jugé en 48 à Cracovie, il est condamné à 3 ans de prison.

BICKEL

BILAN, Vladimir. Oberscharführer. A la Politische Abteilung pour le camp des femmes de Birkenau (cf témoignage du survivant Józef Garlinski). D'origine roumaine. Il témoignera être allé une permière fois au Bunker en 42 et avoir vu les corps des victimes gazées, puis une seconde fois en décembre de la même année où il a assisté à l'ensemble de la procédure (arrivée des victimes, déshabillage, gazage, crémation des corps dans les fosses). Il verra ensuite le fonctionnement de l'un des K en été 44. Jugé à Cracovie en 48, il est condamné à 5 ans 1/2 de prison (mais d'après J. Garlinski : condamné à 8 ans, libéré après 3 car beaucoup de témoignages d'anciens prisonniers ont été déposés en sa faveur).

BISCHOFF, Heinrich. Unterscharführer. Arrivé à Auschwitz en juillet 42, il y restera jusqu'à l'évacuation de janvier 45. Selon les époques il sera dans différents sous-camps avec un passage à Birkenau en tant que Blockführer. (Pour une bio plus détaillée, voir ici : "accusés du procès à Francfort").

BISCHOFF, Karl. Sturmbannführer. Né en 1897 à Neuhemsbach près de Mannheim. Il avait une formation d’architecte et fut envoyé à Auschwitz le 1er octobre 41 pour travailler à la Bauleitung dont l'objectif est l’extension du camp (qui deviendrait Birkenau). Il est le directeur de la Zentralbauleitung der Waffen-SS und Polizei von Auschwitz. Ses supérieurs considèrent qu’il assura sa mission « avec compétence et dynamisme ». Il gère avec l'ingénieur Kurt PRÜFER de la Topf la mise en place des crématoires de Birkenau et leur adaptation à un usage homicide. En juin 43 il rédige un rapport exposant que 4.500 corps peuvent être brûlés en 24 h et 140.000 en un mois. Il quitte le camp en avril 44 et devient chef du bureau de construction des Waffen SS en Silésie et en Bohème. Malgré ses responsabilités considérables en tant que preneur de décisions dans la mise en place des lieux de l'extermination, il ne fut pas inquiété après guerre et mourut en 1950 à Breme.

BLAUFUSS, Werner. Unterscharführer. Rapportführer ? Peine de prison de 6 ans au tribunal de Cracovie en 1948.

BLOBEL, Paul. Standartenführer. Né en 1896. Architecte indépendant avant la guerre. Il entre au NSDAP et à la SS très tôt. En juin 42 il est chargé de vider les fosses communes d'Ukraine de leurs cadavres pour les faire disparaître. Après avoir expérimenté diverses méthodes, il est considéré comme un spécialiste de la chose, c'est pourquoi HÖSS lui rendra visite avec HÖSSLER et DEJACO en septembre 42 avant de mettre en place le vidage des fosses communes de Birkenau (par un groupe de prisonniers du Sonderkommando qui sera ensuite assassiné). Condamné à mort il sera pendu en juin 51.

BODMANN. Obersturmbannführer. Médecin du camp présent au camp en même temps qu'Aumeier (cité par celui-ci durant un interrogatoire avant son procès). Il sera ensuite muté.

BÖCK (BOECK) Richard. Conducteur de camions. Bavarois. Témoignage du survivant J. Garliński à son propos : "Il faisait tout ce qu'il pouvait pour aider les prisonniers. Il apportait de la nourriture et des médicaments, il sortait des lettres du camp, il donnait les nouvelles qu'il avait entendues à la radio.  Mais il a été suspecté et arrêté. Il a été envoyé dans la prison SS.

BOGER, Wilhelm. 1906-1977 (voir "accusés du procès à Francfort").

BOGUSCH, August. A Auschwitz de janvier 41 à février 44. Schutzhaftlagerführer. (voir "accusés du procès à Cracovie").

BORMAN, Juana / Joanna . Aufseherin. 1893-1945 (voir "accusés du procès à Lüneburg").

BRANDAUER, Bruno. Rottenführer. A la Politische Abteilung. Jugé à Cracovie en 48, condamnation à 5 ans de prison.

BRANDL, Therese. 1909-1948 (voir "accusés du procès à Cracovie").

BRAUN, Max. Rottenführer. Blockführer. Jugé à Cracovie, il écope d'une peine de 4 ans de prison.

BRAUNER, Ferdinand. Unterscharführer. Né le 24 avril 1911. De 1942 jusqu’à l’évacuation du camp, il travailla dans le bureau du médecin de la garnison.

BRAUNING, Edmund. Hauptsturmführer. Né en juillet 1905 à Naumburg. Il est entré à la SS (n°66.975) en 32 et au NSDAP (n°1.568.392) en 33. Il a d'abord été affecté à Neuengamme et le 1er novembre 41 il est envoyé à Auschwitz en tant que bras droit de Höss, cela jusqu'en 1943 où il part pour Ravensbrück. A la libération de Buchenwald il s'y trouvait, néanmoins son devenir après guerre est inconnu.

BREITWIESER, Arthur. Unterscharführer. Voir "accusés du procès à Francfort" (condamné à mort en 47 au procès d'Auschwitz à Cracovie, la peine est ensuite commuée en perpétuité. Jugé à nouveau au procès d'Auschwitz à Francfort, il est alors grâcié en 65).

BROAD, Perry. 1921-1994 (voir "accusés du procès à Francfort").

BROCH, Karl. Unterscharführer. Né en 1904 à Solingen. Affecté à la Politische Abteilung. Y était déjà en 42 d'après la déposition du SS Grabner lors de son procès [Archives Auschwitz, ZO-53]. Mort en 1968 sans avoir jamais été en procès.

BROSSMANN, Otto. Hauptsturmführer. Lagerführer à Blechhammer (sous-camp d'Auschwitz). Jugé à Cracovie en 1950 il a été acquitté.

BRUNNER. Aufseherin. Présence attestée à la Stabsgebäude en 1944.

BRYLKA Franz. Scharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

BUCH, Hermann. Hauptscharführer. 1896-1959. A Auschwitz de février 42 à l'évacuation. Kommandoführer au K IV et V. Sera puni d'une peine de prison de 6 ans en 1948 (Tribunal polonais).

BUCHHOLZ, Rudolf. Unterscharführer. Blockführer. A été jugé par le Tribunal de Cracovie en 48 et condamné à 4 ans de détention.

BÜLOW, Alexander. Sturmmann. Voir "accusés du procès à Cracovie"

BUNTROCK, Fritz-Wilhelm. Unterscharführer. Né en 1909 à Osnabrück. Entré à la SS en 1935. Il est à Birkenau de juillet 1942 à août 1944 où il a participé à la liquidation du camp des familles de Theresienstadt. Jugé au procès à Cracovie il est condamné à mort et pendu en janvier 48.

BURGER, Wilhelm (Willi). Sturmbannführer. Né le 19 mai 1904 à Munich. Il entre simultanément au NSDAP (n°1.316.366) et à la SS (n°47.285) en septembre 32. En octobre 37 il est à Dachau, en 38 à Oranienburg. En juillet 42 il arrive à Auschwitz pour remplacer Rudolf WAGNER en tant que Leiter à l'Abteilung IV (Kommandanturbefehl du 10 juillet 42). Le SS Aumeier déclare (interrogatoire avant son procès) qu'il était "Verwaltungsführer" (un administratif). En avril 43 il retourne à Oranienburg jusqu'à la fin de la guerre. Jugé à Cracovie en 52 (peine de 5 ans).

BUSCH, Hubert. Oberscharführer. 1914-1999. Chef des crématoires de Birkenau (succédant à MOLL, v. ci-dessous) de la mi-septembre 44 à l'évacuation. Concerné par la sélection des 300 prisonniers du Sonderkommando devant être assassinés le 7 octobre 44. N'a jamais été inquiété après guerre.

CAESAR, Joachim. Obersturmbannführer. Né le 30 mai 1901 près de Koblenz. Docteur en agronomie, membre du parti nazi (n°626.589) et de la SS en juin 33 (n° 74.704). À partir de 1934 il travaille au centre de formation des SS puis arrive à Auschwitz en février 42. En mars de la même année, il est nommé chef de la section des fermes agricoles (camps annexes, notamment Budy puis Rajsko). Des survivantes témoignent du fait qu'il avait un comportement positif (leur fournissant des vêtements et de la nourriture convenables et bénéficiant de son intervention en leur faveur quand la Politische Abteilung voulait les punir). Son adjoint était le SS ZIEMSEN (déclaration de Aumeier avant son procès). Il est venu comme témoin au procès à Francfort mais n’a jamais été jugé pour ses propres actes. Il a vécu après-guerre en Allemagne, où il dirigeait une blanchisserie. Il est mort en 1974.

CAPESIUS, Viktor. Sturmbannführer. Né en février 1907 en Roumanie. Diplôme universitaire de pharmacien en 1933. Il dirigera la pharmacie d'Auschwitz de février 44 à janvier 45.(voir "accusés du procès à Francfort").

CARSTENSEN, Lorenz. Scharführer. Présence attestée à la Politische Abteilung. L'ancien prisonnier Z. Mikolajski témoigne du fait qu'il s'est aussi occupé du Hundestaffel. Il sera condamné à 6 ans de prison au Tribunal de Cracovie en 46.

CHEIMIS ou CHEIMIES, Victor. Né le 1er juin 1914 à Krottingen. Kommandoführer aux crématoires (cité par Clausen au procès de Höss).

CLAUBERG, Karl. Brigadeführer. Né le 28 septembre 1898. Gynécologue. En mai 42, il demande officiellement à Himmler l’autorisation d’effectuer des expériences sur les prisonnières à Auschwitz en vue d’élaborer une méthode de stérilisation des femmes. Il a également sévi à la clinique de femmes de Königshütte. Il a été jugé, condamné à 25 ans et emprisonné en Union Soviétique puis libéré en 1955 ou 56. Revenu en Allemagne, il est arrêté et emprisonné dans l'attente d'un procès prévu à Kiel. Il meurt durant la détention préventive en 1957.

CLAUSEN, Wilhelm. Unterscharführer. Arrivé au camp fin 40 / début 41 à la Politische Abteilung. A ce titre, il participait aux exécutions au Block 11 avec le SS PALITSCH. Le SS GRABNER le décrit comme particulièrement brutal (!) ce dont il aurait référé à HÖSS qui l'aurait alors déplacé. Il était ainsi ensuite Rapportführer à Auschwitz 1 (toutes informations données par le SS GRABNER, déposition à Vienne, 21 déc 45, archives d'Auschwitz, vol ZO-53 p 99). Il devait être jugé à Cracovie en 48 mais il mourra en préventive.

CZERWINSKI, Horst. Unterscharführer. Il sera commandant des sous-camps Lagischa et Golleschau. Destin inconnu.

DARGELIS. Blockführer à Birkenau. Présence attestée au moins au printemps et à l'été 44 par Otto Wolken, survivant et historien. Son devenir après guerre est inconnu.

DEHMANN Johan. Scharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS).

DEJACO, Walter. Obersturmführer. Né en 1909 en Autriche. Architecte. Membre du parti nazi et de la SS autrichienne en juillet 33 (alors illégale). Mobilisé fin 39 il est affecté en juin 40 à la Bauleitung d'Auschwitz qui se met en place. De 1941 à 1944, il fut chef de service des constructions à Auschwitz puis sous-directeur de la Centrale Bauleitung der Waffen-SS, responsable de l’agrandissement du camp et des installations d’extermination. Fait prisonnier par les Soviétiques au printemps 45, il passe cinq ans en captivité. En 1960 il est arrêté et déclare (cour de Reutte) qu'il n'a découvert l'usage des chambres à gaz qu'après leur mise en service. Il est relaxé. En janvier 1972 il est jugé (avec Ertl) par la cour d’assises de Vienne. Les deux sont acquittés en mars. On considéra qu’il n’était qu’un exécutant, faute d'avoir dépouillé les Archives de la Bauleitung d'Auschwitz remises par les Soviétiques. Il fut ainsi dégagé de ses responsabilités. Il mourut en janvier 1978.

DIENSTBACH, Oskar. Hauptsturmführer. Né le 30 septembre 1910 à Usingen (à proximité de Darmstadt). Médecin. Entré au NSDAP le 1er mai 33 (n°2.400.092). Affecté en tant que médecin durant de courtes durées à Oranienbourg, Dachau, Nordhausen, Mauthausen et Flossenburg, il arrive à Auschwitz en juin ou juillet 41 en tant que médecin chef de l'équipe. Siegfried SCHWELA lui succèdera en mars 42. Il ne redeviendra médecin de camp qu'en 45 à Dora et mourra en prison en octobre de la même année.

DINGES, Erich. Sturmmann. Chauffeur pour l'Abteilung I (la Kommandantur). Voir "accusés du procès à Cracovie".

DRECHSLER (DRECHSEL ?), Margot. Oberaufseherin. Née en 1908 à Sachsen. En 41 elle est à Ravensbrück. A partir d'août 42 elle est au camp des femmes de Birkenau sous les ordres de Maria Mandel. Elle attrapera le typhus au printemps 1943. Fin 44 elle est envoyée à Flossenburg puis de nouveau à Ravensbrück. Jugée, condamnée à mort et pendue en 45.

DRONIA Johan. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS).

DÜRKOPP, Hans. Sturmmann. A la DAW (Deutsche Ausrüstung Werke), ateliers près du camp souche. Condamné à 6 ans de prison au procès de Cracovie de 1948.

DYLEWSKI, Klaus. Oberscharführer. (Voir sa bio sur la page "les accusés du procès à Francfort").

ECKHARDT, Joseph. Unterscharführer. 1918-1991. Arrivé de Dachau en décembre 40, il est resté à Auschwitz jusqu'en 44. Il a été Kommandoführer au Sonderkommando du Bunker 5 (appellation du Bunker 2 lors de sa remise en service pour l'extermination des Juifs de Hongrie) puis aux K IV et V. Il parlait hongrois. Il semble qu'il en soit parti ensuite pour l'un des sous-camps d'Auschwitz.

EFFINGER, Gerhard. Unterscharführer. Né en mai 1921 à Hamburg. Présence attestée en 1942 au Kanada de Birkenau : il dirige l'Entwesungskammer. Le témoignage de Seweryna Szmaglewska (voir ce livre dans la bibliographie) indique comment, après avoir appris la mort de sa femme dans un bombardement, il ne passe plus son temps qu'à boire, devenant de plus en plus cruel, jusqu'au jour où, ivre mort, il hurle tout le mal qu'il pense du IIIè Reich et de ses activités. Evidemment démis de ses fonctions, on ignore son devenir.

EGERSDÖRF(ER), Karl. Unterscharführer. Né le 20 août 1902. Membre du parti nazi depuis 1934 et membre de la SS (n°289 457). Le 31 mars 41, il fut affecté à Auschwitz. A partir de juillet 42, il y fut le chef de la cuisine des prisonniers d’Auschwitz I (cité par Pery Broad comme transférant vers la cuisine des SS la nourriture destinée aux prisonniers). Il fut jugé à Lünebourg dans le cadre du procès de Bergen-Belsen et acquitté à la date du 17 novembre 1945. (voir "accusés du procès à Lüneburg").

EHLERT, Herta. Aufseherin. 1905- ? (voir "accusés du procès à Lüneburg").

EHM, Wenzel. Oberscharführer. Travaillait à la cuisine SS. A été condamné à 3 ans de prison au procès de 48 à Cracovie.

EICKE, Theodor. Obergruppenführer. Né en 1892. Membre du parti nazi et de la SS (n°2 921). En 1933, Himmler le nomma commandant du camp de Dachau. L’année suivante, il devint le premier inspecteur des camps. Il assurera la direction des SS Totenkopf et l’organisation du système concentrationnaire. Il mourut sur le front de l’Est en mars 1943.

EIDENMÜLLER, Aux K II et III. Présence attestée par Miklos Nyiszly.

EMMERICH, Wilhelm. Oberscharführer. Nommé parmi les membres de l'Abteilung III du camp en avril 42. Il est affecté à l'Aussenkommando de Chelmek avec Schillinger (voir ce nom ci-dessous) à sa création le 02 novembre 42. Sa présence est attestée à Auschwitz en février 43 (par le prisonnier Czelaw Ostankowicz) pour les sélections vers les chambres à gaz des prisonniers du Block des condamnés de Birkenau (ancienne Isolierstation du Block 4 créé en mars 42, renommé Block 7 en mai 42).

ENGELSCHEL / ENGELSCHALL, Georg. (Haupt ?) scharführer. Au Kabelkommando. Présence attestée par le prisonnier survivant Feliks CENDROWSKI lors du procès d'Aumeier. Quant au SS Mühsfeldt, il atteste de sa présence active au Block 11 du Stammlager dans sa déposition d'avant-procès du 1er août 47 où il sera jugé pour ses activités à Flossenbürg. Ce procès aura lieu à Dachau (Tribunal américain) à compter du 12 juin 46.

ENTRESS, Friedrich. Hauptsturmführer. Né le 08 décembre 1914 à Posen. Selon ses propres déclarations lors de son procès, il quitte l'université sans son diplôme de docteur en médecine (qu'il obtiendra à la mi 42 à Auschwitz, sans pour autant avoir rédigé de thèse). Il n'a pas adhéré au NSDAP et est entré à la SS en novembre 39 (n° 353.124). Il est d’abord affecté près de Munich (jusqu'en mars 40) puis à Unna en Westphalie en tant qu'aide-médecin (mars à décembre 40). Il est affecté en tant que médecin au camp de Gross-Rosen du 03 janvier [200 prisonniers] au 10 décembre 1941 [7.000 prisonniers, dit-il], puis de là à Auschwitz jusqu’au 20 octobre 43. Du fait de ses fonctions, il effectuait les sélections des prisonniers malades et celles des convois. Hermann Langbein le classe dans la catégorie des « médecins » pratiquant l’excès de zèle, ce que tout confirme par ailleurs. Du 21 octobre 43 au 25 juillet 44, il était à la fois médecin de garnison et médecin du camp de Mauthausen. D’août 44 à février 45, il fut médecin en chef du camp de Gross-Rosen. Arrêté le 18 mai 45, il fut condamné à mort par le tribunal Américain lors du procès de Mauthausen à Dachau le 13 mai 1946 et pendu à Landsberg le 28 mai 1947.

ERBER alias HOUSTEK ou HUSTEK (voir son nom ci-dessous). Présence attestée en temps que membre de la Politische Abteilung dans le témoignage de Seweryna Szamaglewska en hiver 42 au FKL, qui le décrit comme ayant "un menton monstrueux". Il y vient dans le cadre de l'évasion d'une prisonnière qui a été reprise et dont il veut tirer des informations. Il semble avoir été condamné à perpétuité (où ? quand ?)

ERTL, Fritz Karl. Untersturmführer. Né en août 1908 à Breitbrune près de Linz en Autriche. Etudes universitaires d'architecture. Il entre au NSDAP en 38 et à la SS en 39 (n° 417.971). En mai 40 il entre au bureau des constructions d'Auschwitz. Il aura la charge de dessiner les plans de l'extension d'Auschwitz à Birkenau. En août 42 il rencontre Kurt Prufer, l'ingénieur de la Topf, pour la décision du premier crématoire de Birkenau. Il dessinera les plans des quatre puis quittera Auschwitz en janvier 43. En mai 45 il est capturé par les Américains mais relaché. Il sera jugé au procès de Vienne en 1972 avec Dejaco (voir ci-dessus) où ils seront acquittés.

FÄRATER, Peter. Unterscharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

FISCHER, Horst. Hauptsturmführer. Né le 31 décembre 1912 à Dresde. Entre au NSDAP en novembre 33 alors qu'il est étudiant en médecine, et la SS en mai 37 (n° 293.937). Il arrive à Auschwitz le 6 novembre 42 où il affecté à Monowitz en tant que médecin et responsable des sélections dans cinq camps annexes. En novembre 43 il est muté (promotion) par Höß à Birkenau où il restera jusqu'à l'évacuation. C'est lui qui organisera le meurtre des 200 Sonderkommando fin septembre 44 et la destruction des archives médicales avant de quitter le camp. Il sera ensuite à Ravensbrück. Après guerre, il s'installe près de Berlin et reprend ses activités de médecin sans être inquiété. Mais au procès d'Auschwitz à Francfort, son nom est souvent cité et il est recherché, retrouvé et jugé à Berlin, Allemagne de l'Est, où il vit alors. Il est jugé coupable (25 mars 1966) et condamné à mort. Il sera guillotiné.

FISCHER, Karl-Joseph. Hauptsturmführer. Né le 14 mars 1904 à Graz en Autriche. Il entre au NSDAP et à la SS en 38. Il sera, comme son homonyme ci-dessus, médecin à Auschwitz, mais au camp souche et "seulement" du 17 octobre au 27 novembre 40. En dehors de cela, il a passé quelques mois à Sachsenhausen mais a essentiellement été affecté à des unités militaires de campagne. Après guerre il est revenu à Graz où il est mort en 1993.

FRANCIOH / FRAZICH / FRANZIOH, Karl. Rottenführer ou Unterscharführer. 1912-1945. (voir "accusés du procès à Lüneburg").

FRANZ, Anneliese (Lisa). Aufseherin arrivée de Ravensbrück à la mi-43. Elle s'occupera des deux cuisines des camps des femmes de Birkenau (BIa et BIb) "Küchenchefin". Il semble que le film La Passagère d'Andrzej Munk soit inspiré de cette femme (voir les films de la médiagraphie). Présence attestée par Zofia Posmysz et Seweryna Szmaglewska notamment. Dans l'entrepôt de nourriture qu'elle "gère" en 1944 sont employées quatre prisonnières. [+voir ci-dessous au nom de l'Aufseherin Hasse, qui est vraisemblablement sa soeur].

FRANZ, Johann Karl. Sturmmann. Employé aux magasins du camp. Le verdict rendu en mars 48 au Tribunal de Cracovie (Pologne) pour ce "désinfecteur" -c'est ainsi que les SS désignaient ceux d'entre eux qui versaient le Zyklon dans les chambres à gaz- a été une peine de prison de 4 ans..

FRIES, Jakob. Oberscharführer. « L’une de ces brutes intégrales produites par Auschwitz » dit Rudolf VRBA. Fut condamné en 52 (à Nuremberg ou Osnabrück ?) à quatorze ans de prison pour crimes commis à Sachsenhausen. Libération conditionnelle huit ans plus tard. De nouveau arrêté en juin 61 pour ses crimes commis à Auschwitz mais mis en liberté provisoire sous caution en attendant sa comparution devant la cour de Francfort. Les poursuites ont finalement été abandonnées par le Procureur général, parce qu’ayant déjà été condamné à quatorze ans, il lui a semblé hautement improbable que cette peine soit augmentée.

FRITZSCH, Karl. Hauptsturmführer. Né le 10 juillet 1903 en Bohème. Il n’a pas suivi une scolarité normale parce que la famille déménageait constamment en raison de la profession du père. Il n'a ainsi jamais su lire ni écrire convenablement. Il est devenu membre de la SS en 1930 (n°7.287) où il souhaitait faire carrière. Pour cette raison, il arriva à Dachau en 34. Il devint le premier Lagerführer auprès de Höß en mai 40. Il avait une terrible réputation. D’après Höß, il aurait eu l’idée de l’usage du Zyklon B pour les gazages de masse à partir de l’été 41, qu’il aurait utilisé sur des prisonniers de guerre Russes dans le Bunker du Block 11 fin 41 et expérimenté ensuite à plusieurs reprises. En janvier ou février 42 il a été muté à Flossenbürg comme chef de camp où il est arrêté et jugé en octobre 43 par la SS pour excès de pouvoir et "unauthorisierte Morde" (meurtres non autorisés). Sa peine est d’être envoyé au front où il mourra au printemps 45.

FROMMHAGEN, Erich. Hauptsturmführer. Né en février 1912 à Salzwedel (Allemagne). Il entre à la SS en mai 33 (n°77.754) et au NSDAP en en 37 (n°4.330.301). En 1938 il est à Dachau, en 39 à Mauthausen, en août 40 à Auschwitz, en 41 à Neuengamme. En 42 il est muté sur le front de l'Est où il trouvera la mort en mars 45.

GÄSING, Gustav. Scharführer. Travaillait à la cuisine des prisonniers. Jugé à Cracovie en 48 et condamné à 3 ans de prison.

GEBHARDT, Max. Sturmbannführer. Né le 06 novembre 1899 au Nord de Bayreuth. Après avoir combattu durant la 1ère guerre mondiale, il entre à la SS en août 32. Il est allé à Esterwegen et Sachsenhausen. Fin 39 il est rattaché à un bataillon stationné à Cracovie. Arrêté et jugé par un tribunal SS pour comportement inadéquat (il introduisait des femmes dans les quartiers SS) il est rejeté de la SS où il réentrera en novembre 41. Il arrive à Auschwitz comme chef de garnison SS en mai 1942, ce qui était un poste de grande importance. Il y restera jusqu'à la fin août 43. Il semble qu'il était en conflit avec Höß. Il est alors envoyé en Belgique et en Hollande où il est tué en décembre 44.

GEHRING, Albert. Oberscharführer. Blockführer. Condamné à 6 ans de prison au tribunal de Cracovie en 48.

GEHRING, Wilhelm. Haupt- ou Oberscharführer. Présence attestée au Block 11, notamment par le prisonnier survivant Bogdan GLINSKI. (voir "accusés du procès à Cracovie").

GÖBBERT Unterscharführer nommé à l'Abteilung III du camp en avril 42.

GOLISCH, Gustav. Sturmmann. Travaillait à la cuisine des prisonniers. Condamné à 4 ans de prison au procès de 1948 à Cracovie.

GÖPPEL, Max. Unterscharführer. Travaillait à la cuisine des prisonniers. Condamné à 3 ans de prison au procès de 1948 à Cracovie.

GORGES, Johann. Rottenführer puis Unterscharführer. 1900-1971. Après sa présence au Bunker 1, il fut Kommandoführer au Sonderkommando du K V. Il était surnommé "Moishe Burak" ce qui signifiait "betterave rouge", eu égard à son teint rougeaud [portrait : voir dessin de David Olère]. Après guerre, il ne fut pas poursuivi, jusqu'à la préparation du procès de Francfort grâce au témoignage de Filip Müller. Il n'a néanmoins pas pu être interrogé pour ce procès, il est mort en 1971.

GÖTZE, Paul. Rottenführer. Blockführer. Présence attestée dès 45 par le prisonnier survivant Zdzislaw MIKOLAJSKI au procès d'Aumeier. Sera l'un des accusés du procès à Cracovie (cliquer sur le lien).

GRABNER, Maximilian. Untersturmführer. 1905-1948 (voir "accusés du procès à Cracovie").

GRAF(F), Otto. Unterscharführer. Né le 08 juillet 1920 à Vienne. A travaillé au Kanada comme Kommandoführer puis au Sonderkommando de Birkenau où sa présence est attestée, durant l'été 44 dans la déposition de Helen Hammermasch pour le procès de Belsen, et pour le printemps 44 dans le livre de Rudolf Vrba ("la dernière personne à laquelle il ait parlé à Auschwitz" le jour de son évasion, donc le 14 avril 44). En procès à Vienne (avril-juin 1972) des témoins le reconnaîtront comme ayant régulièrement versé le zyklon dans les chambres à gaz. Graff et son co-inculpé Wunsch seront tous deux acquittés.

GRANIETZNY Franz. Sturmmann. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

GRESE, Irma. Oberaufseherin. 1923-1945. (voir "accusés du procès à Lüneburg").

GROFFMANN, Heinrich. Unterscharführer. Condamné à deux ans de prison au tribunal de Düsseldorf en 1979 (procès concernant Majdanek, au sujet duquel quelques infos sont disponibles sur la page de présentation des procès).

GUTAS, . Surveillant SS au Sonderkommando (K V).

HAGE, Kurt. Sturmmann. Blockführer. Condamné à 7 ans de détention lors de son procès à Cracovie en 48.

HAHN (cité par Krystyna Zywulska)

HÄNDLER, Werner. Hauptscharführer. Chef de la cuisine des prisonniers. Condamné à mort lors d'un jugement du tribunal de Cracovie en 48. La sentence sera exécutée.

HANTL, Emil. Unterscharführer. Pour sa biographie, voir la page "les accusés du procès à Francfort".

HARANDT, Josef. Rottenführer. Officiait à la Politische Abteilung. Jugé à Cracovie en 48, il sera condamné à 5 ans de prison.

HARSCHNEK, Helmut. Unterscharführer. Blockführer. Il sera condamné à 3 ans de prison lors de son procès à Cracovie.

HARTER Josef. Unterscharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

HARTJENSTEIN, Fritz. Obersturmbannführer. Né le 03 juillet 1905. Membre du parti nazi et de la SS (n° 327.350). Il était fils de cordonnier. Après sa scolarité il travaillait dans des fermes. Voyant que c'était sans avenir, il s'en gagea dans l'armée en 1926 (Régiment d'infanterie de Celle). Il fut chef de peloton. puis chef de compagnie des gardes de Sachsenhausen. En janvier 39 il entre à la SS-Totenkopf et devient chef de compagnie des gardes de Sachsenhausen.et en mars il est envoyé à Buchenwald, puis nommé chef du camp de travail de Niederhagen-Wawelsburg jusqu'en novembre. Dans les années 1940 à 42, il commande divers bataillons dans la division des Têtes de mort (Totenkopf). En septembre 1943 on le nomme chef de la garnison SS à Auschwitz (succession de Gebhardt) puis commandant du camp de Birkenau de novembre 43 au 8 mai 44 avant Josef KRAMER. Au printemps 44, lors de sa visite, Eichmann dit que Hartjenstein ne remplit pas convenablement sa mission. Le 15 mai il est transféré et devient commandant du camp de Natzweiler (jusqu'en février 45). En juin 1946, le tribunal Anglais de Wuppertal le condamna à la peine de mort (peine commuée ensuite en 21 ans de prison puis 10 ans après qu'il ait fait appel). Le tribunal Français de Metz lui attribua également la peine de mort le 02 juillet 54 pour ses activités à Natzweiler. Il ne fut pas jugé pour son activité à Auschwitz. Il mourut en prison en octobre 54 d'un arrêt cardiaque.

HARTMANN, Karl Hermann. Oberscharführer. Etait Blockführer. Il a été condamné à 12 ans de prison devant le Tribunal de Cracovie en 1948 (jugement du 13 février 48) lors de l'un des nombreux procès qui ont eu lieu en Pologne.

HARTMANN, Rudolf Anton. A été condamné à 18 mois de prison le 22 avril 48 par le Tribunal de Cracovie.

HASENÖHRL, Heinrich. Rottenführer. Travaillait à la cuisine des prisonniers. Il sera condamné à 5 ans de prison au Tribunal de Wadowice en 1948.

HASSE, Elisabeth, Helena. Aufseherin arrivée à Birkenau en octobre 42, qui semble avoir un temps rempli les fonctions de Rapportführerin ou Arbeitsdienstführerin. D'après Seweryna Szmaglewska, elle était soeur de l'Aufseherin Franz (voir ci-dessus).

HELMERSEN Erwin von. Hauptsturmführer. Né le 04 novembre 1914 à Brème. Entre aux Jeunesses hitlériennes le 1er octobre 33, à la SA en novembre. au NSDAP en mars 37 (n°4.194.453) et à l'Allgemeine -SS en janvier 40 (n°372.240). Du 1er octobre 35 au 31 mars 37 il set dans un bataillon médical d'infanterie et fréquente l'école médicale de Lübeck. En juin 40 il est transféré à la Waffen-SS et étudie la médecine à l'Université. Le 21 août 43 il est affecté au camp des Tziganes de Birkenau (B II f) en tant que médecin où il restera jusqu'au 15 décembre 43. Il a, dans ce rôle, decidé de quantité de sélections et signé des centaines de certificats de décès dont il inventait donc les motifs. Le 25 septembre 44 il est nommé responsable de toutes les questions médicales dans les camps (RHSA, D). Il garde ce poste jusqu'en octobre 44 où il est muté à l'hôpital militaire SS de Prague. Il est capturé après guerre et remis aux autorités Polonaises. Il est jugé et condamné le 17 janvier 49 à la peine de mort. Il est pendu le 15 avril.

HERBERT, . Hauptscharführer. Blockführer (cité notamment par le prisonnier survivant Jozef PACZYNSKI).

HERKLOTZ, Paul. Sturmmann. SDG. Condamné à 3 ans de prison en 48 devant le Tribunal de Cracovie.

HERTWIG

HIMMLER, Heinrich. Né le 07 octobre 1900. Il adhère à la SS aux premières heures (en 1925, n°168). En 1929 il est nommé Reichsführer des SS. En 1934 il prend, derrière Göring, la direction de la Gestapo. En 1936, il est nommé chef de l’ensemble de la police Allemande au Ministère de l’Intérieur du Reich. À partir d’août 43, il fut en même temps Ministre de l’Intérieur. Il eut également d’autres titres. Son pouvoir était considérable. Il dirigeait la politique d’extermination d’Hitler. Il forma la SS et fut l’initiateur des meurtres de masse en ordonnant la création des camps. Dans ce cadre, il vint deux fois à Auschwitz pour en contrôler la bonne mise en œuvre (1er mars 41) puis  assister au processus d’extermination (17 et 18 juillet 1942). Arrêté par les Britanniques, il se suicida le 23 mai 45.

HIRSCH présence attestée par Henryk Tauber.

HÖCKER, Georg. Hauptscharführer. Condamné à la peinde de mort à Cracovie en 49 il sera gracié.

HÖCKER (HOECKER) Karl. Obersturmführer. Né le 11 décembre 1911. Il entre à la SS en 1933 (n° 182.961) et au NSDAP en 1937. Camps de Neuengamme, Majdanek. Il arrive à Auschwitz le 28 septembre 42. Il est promu Obersturmführer quand il devient l’officier d’ordonnance de Richard Baer, à leur arrivée à Auschwitz en mai 45. Il restera à Auschwitz jusqu’en janvier 45 puis Nordhausen après l'évacuation. Biographie plus complète sur la page des accusés du procès à Francfort (voir aussi la page spécifique Höcker dans la rubrique "thèmes liés" et le post du 24 septembre 2007 sur le blog du site à propos de l'album).

HOFMANN, Franz Johann. Hauptsturmführer. Né en 1906. Entre à la SS (n°40.651) et au NSDAP (1.369.617) en 32. Condamné à la prison à vie au procès de Munich en 1961 pour ses activités à Dachau, il est libéré en 62 (?). Une autre procédure est en cours pour ses activités à Natzweiler. Il sera jugé au "procès d'Auschwitz" à Francfort (voir détails biographiques sur la page "accusés du procès à Francfort"). Lors du procès du SS Aumeier, celui-ci indique la présence de Hofmann lors des gazages aux Bunkers. Au procès de Francfort, Hofmann sera condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il fera appel de suite (août 65) et sera acquitté en mars 66. Il vivra alors tranquille jusqu'en août 1973 en Allemagne.

HOFMANN, Hans. Rottenführer. A la Politische Abteilung. Jugé en 47 : voir la page des accusés au procès de Cracovie.

HOFMANN, Johann. Hauptscharführer. Il était à la cuisine de prisonniers. Jugé en 1953 en Pologne, il a été condamné à la peine de mort et exécuté.

HOFFMANN, Karl. Obersturmführer. Né le 07 novembre 1908. Quitte l'école à 16 ans, apprend la lithographie. En 33 il entre à la SS (n°127.701) et en 37 le NSDAP (n°5.962.188). En 39 il est dans un bureau de l'administration à Dachau, en 41 à Sachsenhausen, en 42 à Buchenwald. Il arrive à Auschwitz le 13 décembre 43 où il dirige le bureau des constructions concernant le "Kanada" notamment. Il y restera jusqu'à la fin 44. Il a une femme et deux enfants.

HOLLÄNDER, . Unterscharführer. Cité par Dov Paisikovic (survivant d'un Sonderkommando du KII, témoin au procès d'Auschwitz à Cracovie) comme correct avec eux mais par ailleurs "connu pour sa cruauté particulière. Il a battu des détenus destinés au gazage, jeté des enfants contre le mur, etc". A officié au Bunker 2 puis aux K II et III.

HORSTMANN, Rudolf. Hauptsturmführer. Né le 12 octobre 1913 à Berlin. Etudes de médecine. Entre à la SS le 1er novembre 33 (n°120.026) et au NSDAP en 37 (n°4.363.178) après s'être marié en 34. En novembre 43 il est à l'Inspection des camps d'Oranienburg et début décembre 44 il est affecté à Auschwitz comme médecin au B2f. Dès les derniers jours du mois il est revenu à l'Inspection et début 45 il part à Belsen jusqu'au printemps, il sera alors remplacé par Fritz KLEIN (voir ci-dessous).

HÖSS, Rudolf. Obersturmbannführer. Né le 25 novembre 1900. Il s’engage à 15 ans et devient le plus jeune sous-officier de l’armée de terre allemande. Il participe à la 1ère guerre mondiale puis au Freikorps Rossbach. En octobre 22 il entre au parti nazi (n°3 240). En 23 il est concerné par un meurtre politique pour lequel il est condamné à une peine de réclusion de 10 ans. Il sortira de prison en réalité en 28. En 34 il devient membre de la SS (n°193 616). Son service dans les camps de concentration commence le 1er décembre 34 à Dachau. Il y sera Blockführer à partir du 1er avril 35 et Rapportführer un an après. Il va monter les grades de façon continue et rapide. En août 38 il devient officier d’ordonnance à Sachsenhausen puis Lagerführer (chef de camp) un an plus tard. Au printemps 40 il dirige une commission qui étudie la transformation d’une caserne Polonaise en camp de concentration : Auschwitz. Il en devient le 1er commandant en mai 40 et dirige les travaux (incluant une villa pour sa femme et ses 4 enfants). Il est totalement acquis à la cause NS (et a été formé par EICKE, voir ci-dessus). Avec l’ordre d’Himmler de faire du camp un «centre de la solution finale», les premières expérimentations du Zyklon B sont faites en août par FRITZSCH (voir ce nom) pendant une absence de HÖSS et poursuivies en septembre en sa présence. Il a dirigé la mise en place des camps de Birkenau et Monowitz. Il est clairement responsable des désastreuses conditions de vie dans ces camps et de la mise en place de certains procédés comme la désignation de prisonniers innocents qui sont condamnés à la mort par inanition dans les «cellules debout» du Bunker 11 en guise de représailles lors d’évasions. Après des affaires douteuses, de corruption notamment, il est (en novembre 1943) transféré à Oranienburg en tant qu’inspecteur des camps, ce qui ne peut être considéré comme une punition. En fait il s’agit d’un échange de postes avec LIEBEHENSCHEL (voir ci-dessous). Le 08 mai 44 HÖSS revient à Auschwitz en tant que Standortältester (alors que LIEBEHENSCHEL est remplacé par BAER (voir ce nom) parce qu’on a besoin de «gens compétents» pour l’extermination des Juifs Hongrois. Il a participé à tous les aspects de l’extermination des Juifs (voyages d’étude à Chelmno et Treblinka…) et était très fier de ses réalisations. La famille HÖSS reste dans sa villa après l’évacuation du camp. En avril 45 il se fait établir de faux papiers au nom de Franz Lang. Il est arrêté par les Anglais en mars 46. Dans les annexes de son livre "Les Crématoires d'Auschwitz" JClaude PRESSAC dit qu'il a été "violemment passé à tabac plusieurs fois et frôlé la mort". Il témoigne à Nuremberg puis est remis aux autorités Polonaises et jugé au procès de Cracovie (11 au 29 mars 47) où il est condamné à mort par le verdict du 2 avril. Il écrit ses mémoires durant sa détention. Il sera pendu à Auschwitz près du K I le 16 avril 47.

HÖSSLER , Franz. Obersturmführer. Né le 04 février 1906 en Souabe (Kempen). Au début des années 30, il est sans travail. Il entre au parti NS et à la SS (n°41 940). Il entre en service à Dachau comme garde puis comme cuisinier. En juin 40 il est muté à Auschwitz Birkenau où il est d’abord cuisinier puis Rapportführer en 1941. En avril 42 il est à l'Abteilung III. Il participe (avec MOLL et AUMEIER) au meurtre des survivants de la révolte de la compagnie disciplinaire en juin 42. En août 42 il commande une équipe de prisonniers dans un sous-camp (Miedzy Brodzie près de Zywiec) pour la construction d'un hôpital SS. En septembre 42 il fait partie du "voyage d’étude" à Chelmno avec HÖSS et DEJACO (voir ce nom) concernant la suppression des fosses communes et la crémation des cadavres. Il la mettra en place à son retour avec les Sonderkommando de Birkenau (il y aurait deux survivants parmi les membres des Sonderkommandos ayant eu à effectuer ce travail) de septembre à la fin novembre 42. Il est actif aux Bunker 1 et 2. Dans les années 42-43, il est chef des équipes de prisonniers à Birkenau, et notamment du Sonderkommando. Il participe aux gazages du K I. Du 23 ou 27 août 43 jusqu’en janvier ou avril 44, il devient Lagerführer du camp des femmes de Birkenau et prend part à de nombreuses sélections. Il sera ensuite dans l’un des camps annexes de Dachau (Neckarelz) jusqu’en juin 44 puis reviendra à Auschwitz I en tant que Lagerführer jusqu’à l’évacuation. Il passera ensuite par Dora jusqu’en avril 45 puis Bergen Belsen. Il est arrêté par les Anglais, jugé au procès de Belsen à Lüneburg, condamné à mort et pendu le 13 décembre 45. (voir "accusés du procès à Lüneburg").

HOUSTEK / HUSTEK, Josef. Oberscharführer. Travaillait aux crématoires de Birkenau. Cité par Filip Müller (prisonnier membre d'un Sonderkommando au K I et au KV, témoin au procès de Francfort). Krystyna Zywulska, survivante, le décrit dans son ouvrage (voir la bibliographie) : "un SS à tête de gorille. Mâchoire proéminente, petits yeux très mobiles, presque invisibles derrière des pommettes saillantes, gestes violents, nerveux" et raconte comment il vient -à Birkenau en 44- faire la Selektion de prisonniers qu'il emmène au crématoire. S'est fait appeler Josef ERBER après guerre, était toujours vivant en 1981 (entretien avec Gerald Fleming, historien).

HÖWNER, Hans. Oberscharführer. A été Rapportführer. Jugé à Cracovie en 48, il a été condamné à 8 ans de prison.

JAMBOR, Eduard. Unterscharführer. Né le 13 juillet 1900. Préposé aux écritures auprès du médecin de la garnison SS d’Auschwitz. Après l’évacuation, il fut transféré à Berlin et mourut le 24 juillet 45.

JANSEN, Walter. Unterscharführer. A été Lagerführer (cité par le prisonnier survivant Eugen LUKAWIECKI qui, en 44, était Lagerdolmetscher).

JENTSCH, Heintz. Unterscharführer. A été affecté notamment à Auschwitz et à Gusen (présence attestée par divers survivants tels M. Mannheimer ou O. Lustig). Il semble qu'il ait été jugé (où ? quand ? par quel type de tribunal ?) et condamné à 6 ans de prison.

JOBST, Willibald. Hauptsturmführer. Né le 27 octobre 1912. Il entre au NSDAP en novembre 38 (n°6.749.388) et à la SS en janvier 39 (n°327.636) alors qu'il obtient son diplôme de médecin. Le 1er mars 42 il est affecté à Auschwitz pour moins de quinze jours. Il sera ensuite successivement à Natzweiler, Groß-Rosen, Mauthausen (au sous camp d'Ebensee). Capturé à la fin de la guerre, il est déféré devant le Tribunal militaire américain du procès de Mauthausen en 46. Condamné à mort, il est exécuté à la prison de Landsberg le 28 mai 47.

JOCHUM. Oberscharführer. Commandant du "Zigeunerlager" a une époque (cité par le SS Aumeier dans l'une de ses dépositions avant son procès). Lorsqu'il était Unterscharführer, il a capturé les deux prisonniers qui s'étaient évadés du Sonderkommando le jour même (09 mars 1943). Seul l'un de ces deux hommes est nominativement connu, il s'agissait de Bela FOELDISCH. Envoyé au Block 11, il y sera assassiné le 16, une semaine plus tard.

JOSTEN, Heinrich. Obersturmführer. 1893-1948 (voir "accusés du procès à Cracovie").

JOSTINGLER. Ustuf. S'agit-il en fait de Josten ? Aumeier le cite lors de son procès en indiquant sa présence lors des gazages aux Bunkers.

JOTHANN, Werner. Obersturmführer. Né en mai 1907 à Eldenburg. Il entre à la SS en mai 33 (n°169.997) et au NSDAP en mai 37 (n°5.037.905). Ingénieur en bâtiments, il est envoyé à Auschwitz dès 1941. Il sera employé à la Bauleitung à partir d'avril 43 (mise en service des crématoires de Birkenau), sous les ordres de K. Bischoff, du fait de ses compétences professionnelles. Lorsqu'au printemps 44 sont annoncées les déportations des Juifs de Hongrie, il est nommé responsable de la maintenance des crématoires. Il reste à Auschwitz jusqu'à l'évacuation puis sera à Arolsen jusqu'au printemps 45.

KADUK, Oswald. Oberscharführer. Rapportführer. (v. "accusés du procès à Francfort").

KALICH, Jozef. Oberscharführer. A la cuisine des prisonniers. Condamné à 3 ans au procès de Cracovie de 1948.

KALUZ Bronislaus. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

KANNAK ou HANNAK Aloïs. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

KELL Volksdeutscher de Lodz (parlait polonais et yiddish). Aide du SS Eckardt (voir ci-dessus) au Bunker 2 / V. Présence attestée par Filip Müller et Alter Feinsilber. Il n'est pas exclu que Kell = Keller ci-dessous.

KELLER, . Kommandoführer des K II et III en 1943 (témoignage de S. Dragon). Destin inconnu ensuite.

KELM, Ewald. Unterscharführer. 1913-1989. A Auschwitz du printemps 41 à l'évacuation. Kommandoführer au Bunker 2 (alors appelé Bunker 5) au printemps 44 lors de "l'action de Hongrie" il sera ensuite affecté au K II. Son devenir après-guerre est inconnu.

KINSKY, Alexander. Sturmmann. Blockführer. Condamné à 3 ans de prison à Cracovie en 48.

KIRMEL, Ludwig. Rottenführer. A la cuisine des prisonniers. Jugé à Raciborz en 47, il est condamné à 3 ans de prison.

KIRSCHNER, Hermann. Unterscharführer. Né le 07 octobre 1910 à Neukirch. Entré à la SS en juillet 32. Formation de charpentier. A Auschwitz du 06 mai 40 au 25 septembre 44. Blockführer. Procès à Cracovie en 1947. (Source : procès Mühsfeldt, Archives Auschwitz ZO-61) Condamné à la peine de mort, il sera exécuté en 48.

KIRSCHNER, Kurt. Hauptscharführer. Kommandoführer. Condamné à mort au procès de Mauthausen à Dachau par le Tribunal américain.

KITT, Bruno. Obersturmführer. Né le 09 août 1906. Il entre au NSDAP en mai 33 et à la SS en août de la même année (n°246.756). Docteur en médecine, il est affecté à Auschwitz 1 à la mi-juin 42 puis à Monowitz et à l'hôpital militaire destiné aux SS. D'autres sources le donnent pour médecin en chef de l’infirmerie des femmes à Auschwitz Birkenau. Après l'évacuation il va à Neuengamme jusqu'à la libération du camp (avril 45) par les Britanniques. Lors du procès concernant ce camp en 1946 à Hambourg, il est condamné à la peine de mort par le tribunal militaire Anglais pour meurtres, tortures et mauvais traitements. Il sera exécuté le 08 octobre 46 à Hammeln.

KLAN, Hermann. Rottenführer. A la cuisine des priusonniers. Jugé à Cracovie en 48, il est condamné à 2 ans de prison.

KLEHR, Josef. Oberscharführer. (voir "accusés du procès à Francfort").

KLEIN, Fritz. Obersturmführer. Né en 1888 en Roumanie où il étudie la médecine. Il termine ses études après la 1ère guerre mondiale et devient membre du parti NS. En 43 il demande à devenir citoyen Allemand puis entre dans la SS. En décembre 43 il arrive à Auschwitz d’abord comme médecin au camp des femmes de Birkenau, puis au camp des Tziganes. Comme tous les médecins SS il a bien sûr participé à de nombreuses sélections sur la rampe. En décembre 44 il est muté au camp de Neuengamme puis à Bergen-Belsen en janvier 45. Lors de la libération de ce camp par les Anglais, il fut emprisonné et jugé au procès de Lüneburg (voir "accusés du procès à Lüneburg").

KLOSE Vinzent. Scharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

KNAUS né le 06 janvier 1898. Kommandoführer aux crématoires et chambres à gaz. Connu pour abattre les victimes qui ne pouvaient entrer dans les chambres à gaz faute de place. Présence attstée par Henryk Tauber au procès de Höss et par le SS Pery Broad.

KNITTEL Kurt. Oberscharführer.

KOCH, Hans. Unterscharführer. Né le 13 août 1912 à Tangerhütte. Entre à la SS en 34 et au NSDAP en mai 37. A Auschwitz comme Wachmann de la mi-octobre 40 au début avril 43. Marié, un enfant. Capturé le 06 mai 45 à Heide (Holstein) par la police militaire britannique.

KOCZY. Témoignage du survivant J. Garliński : "C'était un vieil homme de Rybnik, en Silésie. [...] Il se sentait Polonais [...] Il postait des courriers aux familles des prisonniers, allait les voir et ramenait les réponses".

KOLLMER, Josef. Obersturmführer. 1901-1948 (voir "accusés du procès à Cracovie").

KOMAREK, Paul. Unterscharführer. Kommandoführer. Peine de 5 ans attribuée par le tribunal de Cracovie en 48.

KOPOTINSKI Josef. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

KRAKOWSI Aloïs. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

KRITSCH ou KNITSCH Theodor. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

KUPITZ Konrad. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

KURSCHUSS, . Sturmbanführer. Surveillant SS au Sonderkommando (K IV et V). Surnommé "Kurzschuss" : court-circuit. N'a jamais été poursuivi, son devenir est inconnu.

KRAMER, Josef. Hauptsturmführer. Né le 10 novembre 1906 à Munich. Formation de comptable. Il entre au parti NS en 31 (n°733 597) et à la SS en 32 (n°32 217). En 36 il travaillait à l’administration de Dachau, en 37 à Sachsenhausen et en 38 à Mauthausen où il était officier d’ordonnance du commandant. En 40 il devient officier d’ordonnance de HÖSS à Auschwitz (de mai à novembre) puis retourne « en formation » à Dachau. Il y sera chef de camp (Schutzhaftlagerführer) à partir de novembre 41 et en sera muté pour Natzweiler où il fut commandant. En tant que tel, il y était responsable des gazages. Début mai 44 il revient à Auschwitz Birkenau (échange de postes avec Hartjenstein) pour le meurtre des Juifs Hongrois auquel il participe avec empressement. Les survivantes de Birkenau témoignent aussi de ses exactions dans les baraques des femmes, toujours accompagné de son chauffeur (cruellement actif comme lui). En décembre 44 il est promu commandant de Bergen-Belsen. Lors de la libération du camp, il est arrêté par les Anglais et jugé à Lüneburg. (voir "accusés du procès à Lüneburg").

KRATZER, Theodor. Obersturmführer. Né en octobre 1914 à Nuremberg. Employé de banque. Il entre à la SS en mars 34 (n°276.344) et au NSDAP en mai 37. En avril 39 il se porte volontaire à l'administration du camp de Buchenwald où il reste jusqu'en mars 41. Il est ensuite transféré à Auschwitz, où il administre le GEV (Gefangenen Eigentums Verwaltung) le service des biens des prisonniers (le Kanada) avec son adjoint le SS Hauptsturmführer Georg Höcker. Il y restera jusqu'à l'évacuation. Son destin après-guerre est ignoré.

KRAUS, Franz. Sturmbannführer. 1903-1948 (voir "accusés du procès à Cracovie").

KREBSBACH, Eduard. Sturmbannführer. Né à Bonn le 8 août 1894. Intervenant comme aide médical durant la première guerre mondiale, il termine ensuite ses études de médecine et se spécialise en pédiâtrie. Il entre à la SS en 1933 (n°106.821) et au NSDAP en 37 (n°4.142.556). Il est en France dans les Totenkopf en 40 puis assigné à Sachsenhausen à la fin de la même année. En 41 il est transféré à Mauthausen (et divers sous-camps) en tant que médecin chef. Il y restera jusqu'en février 44, à l'exception d'un remplacement de trois mois à Auschwitz de juillet à septembre 42. Après Mauthausen, il est envoyé à Riga où il supervise la liquidation du camp (août 44). Il reste ensuite dans les pays Baltes. Capturé par les troupes américaines, il est jugé au procès du camp de Mauthausen en 1946 et condamné à mort. Il est pendu le 27 mai 47.

KREMER, Johannes Paul. Obersturmführer. 1883-1965 (voir "accusés du procès à Cracovie").

KRÖMER, Adolf. Sturmbannführer. Né le 19 mai 1890 en Allemagne (Thuringe). Il commence des études de pharmacie avant la Première guerre mondiale et les termine ensuite (en 23). En mai 33 il entre au NSDAP (n°3.530.596) et à la SS (n°119.440) peu après. Docteur en pharmacie, il fut le chef de la pharmacie de Dachau de septembre à novembre 41. Il est ensuite transféré à Auschwitz I du 20 novembre 41 au 18 février 44. Il met en place le système de prisonniers-médecins. Atteint d'une maladie de coeur depuis des années, il est hospitalisé pour cette raison fin décembre 43 et en meurt le 18 février 44.

KURPANIK, Karl. Unterscharführer. Lagerführer du BIIa à Birkenau. Jugé en Pologne en 1947, il est condamné à mort et exécuté.

KÜRSCHNER. Présence attestée à la Politische Abteilung en 42, par le SS Grabner lors du procès de celui-ci.

KURZ, Aloïs. Untersturmführer. Né à Salzburg (Autriche) le 14 juillet 1917. Etudes d'ingénieur. Il entre à la SS en 38 (n°382.378). Il passe la plupart de la guerre en Pologne. En tant que responsable du travail des prisonniers (Amt D II), il est à Majdanek en 42 et arrive à Auschwitz 1 en juin 44 où il est Arbeitseinsatzstführer (à Birkenau il y avait trois responsables de même nature et deux à Monowitz). Du 1er novembre 44 jusqu'à la fin de la guerre il est à Dora. Devait être jugé à Vienne, mais la poursuite a été abandonnée. Son destin est inconnu.

LACHMANN, Gerhard. Unterscharführer du bureau politique "tristement célèbre" d’après le témoignage des survivants et du SS Hauptsturmführer Franz Hofmann qui fut Lagerführer du camp des Tziganes. Après son départ souhaité par le SS Liebehenschel, il revient à Auschwitz à la demande du SS Baer lorsqu'il reprend le camp en charge en juillet 44. Lors de son procès, le SS Grabner déclare (21 déc 45, Archives Auschwitz ZO-53 p101) qu'il était déjà présent en 42.

LANGE, Theodor. Obersturmführer. Né le 28 septembre 1918 à Essen. Il entre à la SS en novembre 38 (n°400.103). Il fera partie du "Standarte Germania" en Tchécoslovaquie, du régiment "Nordland" puis de la "Division Viking" sur le front de l'Est. Il vient ensuite en France (en 41) puis de nouveau à l'Est au "Bataillon Westland". En décembre 42 il est versé dans l'administration et est envoyé à Auschwitz où il commande une unité d'Ukrainiens et autres volontaires jusqu'en juillet 44. Il part ensuite dans la "Division Frunsberg" dont il ne reviendra pas.

LANGENFELD, Johanna. Fut surveillante dans le premier camp de femmes, à Nohringen (Kreis Nordheim). De 1941 à avril 42, elle fut surveillante chef (Oberaufseherin) à Ravensbrück. D’avril à octobre 42, elle fut chef du camp des femmes à Auschwitz puis exerça cette même fonction ensuite à Ravensbrück jusqu’en avril 43.

LANGER, Bruno. Unterscharführer. Travaillait à la cuisine des prisonneirs. A été condamné à 8 ans de prison par le tribunal de Cracovie en 48.

LANGNER, Franz. Oberscharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

LANPERT, Josef. Unterscharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

LÄTSCH, Otto. Unterscharführer. Chef du sous-camp Gleiwitz IV. Condamné à mort à Cracovie en 47 puis exécuté.

LECHNER, Anton. Rottenführer. Abteilung Bekleidung (voir "accusés du procès à Cracovie").

LENHARD, Leopold. Unterscharführer. Travaillait à la cuisine des prisonniers. Condamné à 4 ans de prison par le tribunal de Cracovie en 48.

LIEBEHENSCHEL, Arthur. 1901-1948. Commandant des camps d’Auschwitz de novembre 43 à mai 44. (voir "accusés du procès à Cracovie").

LISSNER, Johannes. A Auschwitz de 43 à janvier 45. Blockführer au 6a (cité procès Grabner). Sera ensuite jugé à Cracovie en 48 et condamné à 3 ans de prison.

LOLLING, . Obersturmbannführer. Docteur en médecine. Cité dans le journal de Johann Paul Kremer comme étant arrivé le 11 septembre 42 à Auschwitz.

LORENCZIK, Aloïs. Unterscharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

LORENZ, . Unterscharführer. Présence attestée par Filip Müller dans son ouvrage. Lorenz était "adjoint du chef de la Gestapo Grabner" (voir ce nom ci-dessus). Il est décrit comme déjà assez âgé et portant une moustache noire "à la tzigane". Il venait régulièrement au K I à l'époque de son fonctionnement et s'entendait très bien avec Morawa, le prisonnier chef de l'équipe du "Krematoriumskommando" de l'époque (qui ne s'appelait pas encore Sonderkommando).

LUBITSCH. Unterscharführer. Présence attestée au Neubaukommando par le prisonnier survivant Feliks CENDROWSKI lors du procès d'Aumeier.

LUBUSCH, Edward. Garde. De Bielsko-Biała. Témoignage à son propos du survivant et historien Józef Garliński : "Il facilitait la correspondance illicite. Il a fourni à plusieurs reprises des documents nécessaires à des évasions. Il se préparait secrètement à quitter son unité et rejoindre les partisans polonais qui opéraient dans les environs d'Auschwitz. Il a hélas été pris avec de faux papiers juste avant sa fuite. Il a été dégradé et abattu".

LUCAS, Franz-Bernhard. Obersurmführer. Né le 15 septembre 1911 à Osnabrück. Il commence des études de médecine, entre au NSDAP et à la SS en 37 ou 39 (n°350.030) et obtient son diplôme de médecin en 42. En décembre 43 il est envoyé à Auschwitz. Beaucoup de survivants ont témoigné en sa faveur (v. notamment H. Langbein). Il semble qu'en avril 44, disant à Wirths qu'il ne peut s'habituer à ce qu'on lui demande de faire, il est immédiatement transféré à Mauthausen puis au Stutthof, à Ravensbrück et à Sachsenhausen (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

LUDWIG, Herbert, Paul. Oberscharführer. A Auschwitz du 15 octobre 40 au 21 janvier 45. Kommando Landwirtschaft et Blockführer des Blocks 12 et 9 (info procès GRABNER). Sera jugé au procès de Cracovie de 47.

LUKOSCHEK, Anton. Unterscharführer. A été Rapportführer. Condamné à 10 ans de prison au procès de Cracovie en 48.

MANDEL, Maria. Oberaufseherin. Née en 1912, pendue en 1948. Chef du camp des femmes de Birkenau après Johanna Langenfeld (à partir d'octobre 42). Elle arrivait de Ravensbrück. Sa fonction est élevée, elle implique la gestion de toutes les Aufseherinnen. (voir la page "les accusés au procès de Cracovie").

MAIER, Franz Xaver (ou Xavier). Untersturmführer. Né le 07 janvier 1913 près de Bad Tolz. Entre au NSDAP en mai 32 (n°1.075.055) et à la SS en avril 33 (n°69.600). En novembre 39 il est envoyé à Buchenwald et en mai 40 transféré à Auschwitz 1 en tant que Lagerführer sous les ordres de Karl Fritzsch auquel il succèdera. Il est connu pour avoir eu un comportement particulièrement violent envers les prisonniers. Il prenait part aux sélections, était présent aux gazages (y compris à la première expérimentation du Zyklon au Block 11, d'après le travail de Jeremy Dixon). A Buchenwald comme à Auschwitz il a été accusé de détournement de fonds par sa hiérarchie. C'est la raison pour laquelle il a quitté Auschwitz. Sa trace se perd après guerre.

MEDEFIND, Adolf. Unterscharführer. A travaillé à la cuisine des prisonniers. Voir "accusés du procès à Cracovie".

MEIER Kommandoführer aux crématoires.

MENGELE, Josef. Hauptsturmführer. Né le 10 août (ou 16 mars selon les sources) 1911 en Bavière. Il fait des études de médecine et s’intéresse particulièrement à l’anthropologie et la génétique. Sa thèse en 38 évoquait la gémellité. Il entre au parti le 1er mai 1937 (n°5.574.974) et à la SS (n°317.885). Il arrive à Auschwitz Birkenau en mai 43 en tant que médecin volontaire après avoir été blessé sur le front de l’Est. Il est nommé médecin du camp des familles Tziganes (BIIe) le 30 mai 1943 et jusqu’en août 44. Il est ensuite médecin du HKB du camp des hommes (BIIf). Il entreprend des études pseudo scientifiques, en particulier sur les jumeaux et les nains. Il a fait des expériences également sur la couleur des yeux. Il fait installer un laboratoire d’anatomo-pathologie au K II, prend le Dr Myklos NYISZLI lors de l’arrivée d’un convoi de Juifs Hongrois en mai 44 et l’y affecte. De décembre 44 au 17 janvier 45, il est médecin à l’hôpital des SS, toujours à Birkenau. Après l’évacuation, il va un mois à Groß-Rosen. Après guerre il vit sous une fausse identité puis s’enfuit pour l’Argentine en 1949. Sa trace a été retrouvée dans différents pays d’Amérique latine. Son cadavre a été officiellement identifié dans les restes d’un corps de noyé (en 1979) au Brésil.
Les autres médecins ayant conduit des sélections à Auschwitz furent : Entress, Helmersen, Kitt, Klein, König, Rhode et Thilo.

MERBACH, Hans Erich. Obersturmführer. Né le 10 mai 1910 à Gotha (Allemagne). Employé de banque. Il entre au NSDAP en 1930 (n°259.233) et à la SS en 33 (n°3.387). D'abord à Buchenwald en 40 où il est le commandant d'une compagnie de gardes SS, il est envoyé à Auschwitz à l'automne 42 comme chef de la compagnie canine (il succède à ce poste à Josef BAILER). Les gardes avec chiens de cette compagnie encadraient les Aussenkommandos de prisonniers (voir glossaire si besoin). Il reste à ce poste jusqu'à l'évacuation puis retourne à Buchenwald où il sera notamment le responsable de ce train d'évacuation vers Dachau (40 wagons à plateforme, ouverts) qui a mis trois semaines à parvenir à destination, en conséquence de quoi les prisonniers étaient tous morts. Capturé, il passe en procès en 1947 (procès de Buchenwald à Dachau) et nie les faits qui lui sont reprochés. Reconnu coupable, il est condamné à mort le 31 décembre 48 et pendu en janvier 49.

MEYER, Georg Franz. Obersturmführer. Né le 05 septembre ou décembre (selon les sources) 1917 à Vienne. Il entre à la SS en 41. Docteur en médecine, il est envoyé à Auschwitz 1 le 09 novembre 42 comme médecin du camp. Il y reste jusqu'au 15 décembre 43. Il reprend son travail de médecin à Vienne après-guerre jusqu'à sa retraite.

MEYER, Max. Obersturmführer. Né le 30 juillet 1915 à Nördhingen près de Stuttgart. Membre de la SS en octobre 34 (n°289 455) et du NSDAP en mai 37 (n°4.426.588). En septembre 39 il fait partie des SS-Totenkopf au camp d'Oranienburg. En juin 40 il est transféré à Auschwitz en tant que chef de l’administration du camp (Leiter der Verwaltung ou Verwaltungsführer, Abteilung IV) à Auschwitz I qu'il doit organiser. En conflit avec Höß il est muté en novembre 1940 vers Neuengamme. Il ira ensuite à l'hôpital militaire SS de Prague en 41, en Russie ("Division Viking") jusqu'à la fin 43, puis à Graz jusqu'en janvier 45. Il survécut à la guerre.

MILAN. Aufseherin à Birkenau. Présence attestée en 1943 notamment par Seweryna Szmaglewska

MILDNER, Rudolf. Standartenführer. Né le 10 juillet 1900. Docteur en droit. Membre du parti nazi (n°614 080) et de la SS (n°275 741). Il fut chef de la police d’état à Katowice. Il fut aussi président du tribunal de justice sommaire (Standgericht) dont les séances avaient lieu à Auschwitz I.

MILLAUER, Arthur. Unterscharführer. Blockführer. Condamné à 4 ans de prison par un tribunal polonais en 1950.

MINKOS, Herbert. Oberscharführer. Entré à la SS avec le n° 293.112. Arrivait de Buchenwald. Klassenleiter.

MIRBETH, Johann. Oberscharführer. Il a été le chef des sous-camps Althammer et Golleschau. Jugé en Allemagne en 1956, il a été condamné à 6 ans de prison.

MÖCKEL / MOECKEL, Karl. Obersturmbannführer. 1901-1948 (voir "accusés du procès à Cracovie").

MOLL, Otto. Hauptscharführer. Né le 04 mars 1915 à Höhenschönberg, Allemagne. Membre de la SS depuis mai 35. À Auschwitz du 02 mai 41 à janvier 45, il fut d’abord affecté aux camps agricoles puis chef de la compagnie pénale (Strafkompanie) à Birkenau. En avril 43, il est décoré par le Führer de la Croix de Chevalier, 1ère classe, distinction rare. Ses supérieurs le considéraient comme utile et efficace en raison de son sadisme et sa cruauté qui paraissent sans limites, ce qui lui valut d’être promu Lagerführer à Fürstengrube (sept 43 à mars 44) puis à Gliwice (Gleiwitz) de mars à mai 44. HÖSS le rappela comme chef des crématoires à Birkenau en mai 1944 pour l’ "action de Hongrie". Il fut donc chef des crématoires de Birkenau en 43 (Bunker 2) puis de mai à août 44. Les témoins survivants du Sonderkommando sont unanimes : il est décrit comme particulièrement insensible et cruel, notamment avec les enfants. Il organisa entre autres le gazage de 210 membres d’un Sonderkommando en septembre 44 (v. la rubrique : les différents Sonderkommando > les groupes). Après l’extermination des Juifs de Hongrie, il retourne à son poste à Gleiwitz dont il dirigera l’évacuation en janvier 45. Il part ensuite sévir à Ravensbrück et Sachsenhausen où il organise des gazages en masse au cours des derniers mois de la guerre avant de venir à Dachau (mars 45) pour y organiser l’évacuation. Il est arrêté début mai 45 par les Américains, jugé par le tribunal Américain à Dachau, condamné à mort par jugement du 13 décembre 1945 et pendu le 28 mai 46 à Landsberg. Scandale dans les années 2000 : sa tombe serait fleurie et entretenue par l’Etat.

MÖSER / MOESER, Hans Karl. Obersturmführer. Né le 07 avril 1906 à Darmstadt. Entre au NSDAP en 1929 (n°155.301) et à la SS en 31 (n°9.555). Il est garde à Neuengamme de février 40 à mars 43. Il est ensuite transféré à Auschwitz 3 (Monowitz) où il commande une compagnie de gardes jusqu'en mai 44. Il est alors envoyé à Dora en tant que Lagerführer jusqu'à l'évacuation du camp vers Ravensbrück dont il est responsable. Arrêté, il est jugé par le Tribunal américain au procès de Dora-Nordhausen à Dachau en 47. Il est le seul accusé condamné à mort. Il aurait déclaré : “The same way, with the same pleasure, as you shoot deer, I shoot a human being. When I came to the SS and had to shoot the first three persons, my food didn’t taste good for three days, but today it is a pleasure. It is a joy for me.” (site www.holocaustresearchproject.org). Il est pendu en janvier 48.

MULKA, Robert. Hauptsturmführer. Né le 12 avril 1895 à Hambourg (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

MÜLLER, Kurt. Unterscharführer. Il a été Blockführer au Block 11 et Rapportführer. (voir "accusés du procès à Cracovie").

MÜLLER, Paul Heinrich. Obersturmführer. Né le 31 janvier 1896 à Kiel. Il abandonne la scolarité pour participer à la Première guerre mondiale. Il entre à la SS en octobre 33 (n°179.667) et au NSDAP en mai 37 (n°4.486.232). Il entreprend alors des études d'électricien. En avril 40 il est envoyé à Flossenburg où il reste jusqu'à son transfert pour Auschwitz en avril 42. D'abord commandant d'une compagnie de gardes, il dirige ensuite (juillet 42) le camp des femmes d'Auschwitz 1 puis devient le Lagerführer du Camp des femmes de Birkenau (BIa et BIb). Lors du procès du SS Aumeier, celui-ci indique la présence de Müller lors des gazages aux Bunkers (1942-43). En novembre 43 Hössler lui succède et il part à Auschwitz 3 (Monowitz) où il est responsable de plusieurs compagnies de gardes pour Monowitz et différents sous-camps.

MUHSFELDT, Erich. Oberscharführer. 1913-1948 (voir "accusés du procès à Cracovie").

MÜNCH, Hans. Untersturmführer. 1911-2001 (voir "accusés du procès à Cracovie").

NEBBE, Detlef. Unterscharführer. Dépendant de l'Abteilung I (voir "accusés du procès à Cracovie").

NEUBERT, Gerhard. Unterscharführer. SDG (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

NEUMANN, Robert. Obersturmführer. Entré à la SS sous le n° 203.348. Médecin à Auschwitz.

NIERZWICKI, Hans. Unterscharführer. SDG. A échappé à son jugement pour raison de santé (voir "accusés au procès d'Auschwitz à Francfort").

NIKOLAICZAK, Valentin. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

OBERSECK. Untersturmführer. Présence attestée à la Politische Abteilung par le prisonnier survivant Zbigniew NOWACKI.

OGUREK, Otto. Ober- ou Hauptscharführer. Il a été Blockführer au Block 11. Jugé à Cracovie en 48, il a été condamné à 10 ans de prison. Il sera évoqué également au procès d'Auschwitz à Francfort par les survivants Jan Pilecki et Ota Fabian.

ONTL, Friedrich. Hauptscharführer. Né le 25 août 1908 à Svitavy (Tch). Dentiste de formation. Entre au NSDAP en 39 et à la SS fin 39 ou début 40 (n° 354.461). Après Neuengamme, il est muté à Auschwitz en septembre 42. Il y restera jusqu'à l'évacuation. Il était rattaché à l’hôpital SS d'Auschwitz I puis chef de bureau du médecin de garnison (E. WIRTH). Il a participé aux sélections et aux gazages. En juillet 43, il devient infirmier au camp annexe de Neu-Dachs (Jaworzno). Après guerre il reprend ses activités de dentiste. Dans les années 60, il échappe de peu au procès de Francfort (faute de preuves suffisantes). Il y viendra comme témoin pour V. CAPESIUS (voir ce nom) et déclarera notamment : "Unser Block lag gegenüber dem Alten Krematorium. An Tötungen von Häftlingen habe ich nicht teilgenommen. Mir ist aber bekanntgeworden, daß solche Tötungen vorgekommen sind. Ich habe es aber nur vom Hörensagen." et aussi (à propos d'une sélection sur la Rampe de Birkenau à laquelle il participait) : "Ob danach Männer vergast worden sind, weiß ich nicht. Dr. Wirths hat einige herausgesucht, die arbeitsunfähig waren. Was mit ihnen geschehen ist, weiß ich nicht." Ce qui signifie : "Notre bloc était en face du vieux crématoire [= le K I]. Je n'ai pas pris part au meurtre de prisonniers, mais j'ai appris que de tels meurtres se sont produits. Je ne le sais que par ouïe-dire" et pour le second extrait : "Si des hommes ont été gazés ensuite [après la sélection sur la Rampe], je l'ignore. Le Dr Wirths a choisi ceux qui n'étaient pas capables de travailler. Ce qui leur est arrivé ensuite, je l'ignore."

OTTO, Walter. Oberscharführer. 1906- ? (voir "accusés du procès à Lüneburg").

ORLICH, Rudolf. Obersturmführer. Né le 11 décembre 1910 près de Salzbourg (Autriche). Instituteur, il entre au NSDAP en juillet 32 (n°1.210.109) et à la SS en 41 (n°297.670). De février 42 à mai 44 il est à Natzweiler (administration du camp). Il arrive à Auschwitz 3 (Monowitz) en juin 44 en tant qu'adjoint du commandant Heinrich SCHWARZ.

PALINSKY, Walter. Unterscharführer. Né en août 1896 à Hoppenrade. Gardien au sous-camp de Charlottengrube. Jugé à Wadowice en 48, il est condamné à mort et exécuté en mai 49.

PALITZSCH, Gerhard. Hauptscharführer. Né le 17 juin 1913. Membre du parti nazi et de la SS (n°79 466). Il a d’abord été chef de Block à Lichtenburg, Buchenwald et Sachsenhausen. Il arrive en mai 40 à Auschwitz avec 30 prisonniers "de fonction" où il devient le 1er Rapportführer et fait immédiatement régner la terreur, incluant sa participation fréquente aux exécutions au "mur noir" du Block 11 d’Auschwitz I. Dans un document sorti du camp par la résistance intérieure, il est appelé  "der größte Lump von Auschwitz" (le pire animal d’Auschwitz). Son collègue Perry Broad écrivit à son propos : il jouissait de participer aux exécutions de masse ("er es genossen hat, an den Massenerschießungen teilzunehmen") et Rudolf Höss : "Palitzsch war die gerissenste und verschlagenste Kreatur, die ich während meiner langen, vielseitigen Dienstzeit bei den verschiedenen KL kennengelernt habe. Er ging buchstäblich über Leichen, um seine Machtgelüste zu befriedigen". Sa femme meurt du typhus le 04 novembre 42 (il n'est pas exclu -voir J. Garlinski- qu'en soient involontairement responsables des membres de la résistance clandestine du camp, essayant d'éliminer Palitzsch par ce moyen). Après la création du camp des Tziganes à Birkenau (au BIIe), il en fut nommé chef de camp. Des rumeurs de corruption circulant à son propos (vols pour son compte personnel de biens des victimes) et de relations avec des prisonnières (du camp des Tziganes entre autres), c’est sans doute la raison pour laquelle il est muté le 1er octobre 43 à Brno (camp de 250 prisonniers) en tant que chef de camp. Il y reste quelques semaines, puis est arrêté, jugé pour "honte de la race" et vol puis gracié et exclu de la SS en juin 44. Son destin est ensuite inconnu, l’hypothèse la plus probable étant qu’il serait mort lors d’une bataille aux environs de Budapest. A Auschwitz, c'est O. Kaduk qui reprend son poste de SS Rapportführer.

PELNITZKI, Emil. Schütze. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

PERSCHEL, Richard. Unterscharführer. Présence attestée à Auschwitz en 1943. (Il parlait parfaitement le Polonais d'après Seweryna Szmaglewska).

PFOR, Paul. Oberscharführer. Né vers 1915. Travaillait sous les ordres d'Otto Graff (voir ci-dessus) aux crématoires. D'après un témoin, il se vantait de son affectation puisqu'il se réjouissait de voir mourir "autant de Juifs que possible dans l'intérêt de l'Allemagne".

PFÜTZE. Obersturmführer. Lors du procès du SS Aumeier (Cracovie 1947), celui-ci indique sa présence lors des gazages aux Bunkers.

PICHLER, Johann Hans. Unterscharführer. Né le 16 novembre 1901. A été à la Politische Abteilung. Jugé à Cracovie en 48, il est condamné à quatre ans de prison.

PLAGGE, Ludwig. Oberscharführer. Né le 13 juin 1910 à Landsberg. A été Blockführer au Block 11 et Rapportführer (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

PLAZA, Heinrich. Hauptsturmführer. Né le 10 juillet 1912 à Hultschin (Hlučín, Silésie, aujourd'hui en République Tchèque). Il entre au NSDAP en novembre 38 (n°6.446.500) et à la SS en juin 40 (n°352.853). Il exerce au départ ses compétences de médecin sur le front. En novembre 41 il est transféré à Auschwitz Birkenau en tant que médecin sous les ordres d'Oskar Dienstbach où il reste jusqu'en décembre 42. Il sera ensuite à Sachsenhausen, Buchenwald, Dora, Natzweiler et au Stutthof. Les différents témoignages de survivants semblent s'accorder pour dire qu'il était bien plus efficace et satisfait lorsqu'il s'agissait de donner la mort que de tenter de sauver une vie. Jugé et condamné à mort par contumace en 1958, il mourra en 1968.

PLORIN, Arthur. Sturmbannführer. Né le 23 mars 1906 à Gross Berschkallen (actuelle Russie). Il s'engage dans l'armée à 16 ans. En 37 il entre au NSDAP (n°4.357.319) et en 38 à la SS (n°313.936). Il est envoyé quelques mois à Sachsenhausen (de mai à août 40) puis envoyé à Auschwitz. Il y sera le premier commandant du bataillon de gardes, jusqu'en mai 42. Ensuite : "Division Das Reich" et front de l'Est.

POLENZ, Walter. Hauptsturmführer. Né le 18 décembre 1906 à Kwidzyn (appelé Marienwerder par les Allemands, actuellement en Pologne). Il entre au NSDAP en octobre 1930 (n°324.670) et à la SS en avril 33 (n°85.132). Il est envoyé à Sachsenhausen (1940), Dachau (1941) et Auschwitz à partir du 11 décembre 42. Il est adjoint à la direction de l'Abteilung IV, adjoint de Wilhelm BURGER puis de Karl MÖCKEL son successeur. Il est resté à Auschwitz jusqu'à l'évacuation.

POLLOCK, Josef. Obersturmführer. Né le 13 novembre 1908 à Charlottenhof. Il entre au NSDAP en avril 31 (n°492.497) et à la SS en juin 33 (n°170.897). Ayant fait des études en construction, il va être envoyé à Auschwitz en octobre 42 à la Bauleitung sous les ordres de Karl BISCHOFF. A ce titre, il est responsable de la construction des crématoires de Birkenau. Il quitte le camp en juin 44.

POLOCZEK, Johann. Rottenführer. Faisait partie du Desinfektionskommando. Jugé à Cieszyn en 47, condamné à 9 mois de prison. [Un prisonnier, né en décembre 1920 et mort en février 43, portait le même nom].

POLOTZEK, Wilhelm. Oberscharführer. Né le 02 janvier 1914 à Beuthen. Rapportführer au BIId. Jugé par le tribunal de Cracovie en 1950, il sera condamné à mort et exécuté.

POPIERSCH, Max. Sturmbannführer ou Hauptsturmführer (in D. Czech, Kalendarium). Né le 26 mai 1893 à Pszczyna (en Silésie, ville nommée Pleß par les Allemands). Il s'engage comme volontaire pendant la Première guerre mondiale. Il est assigné à l'hôpital. En 19 il rejoint les Freikorps. Il décide de suivre des études de médecine et obtient son diplôme en 1925. Il entre au NSDAP en 33 (n°3.531.412) et à la SS au 1er mai 33 (n°176.467). Il est envoyé à Buchenwald puis Flossenbürg et arrive à Auschwitz en mai 40 comme médecin chef. En décembre 41 il est transféré à Majdanek dont il est le premier médecin. Fin mars 42 il attrape le typhus et en meurt le mois suivant.

PRECHT, Elimer. Hauptsturmführer. Né le 25 mai 1912 à Freiburg. Dentiste. Entre à la SS en novembre 33 (n°233.392). Il fait partie de la "Division Das Reich" en 42 jusqu'à sa venue en France, puis redevient dentiste au camp de Dachau en mars 43 puis à Natzweiler durant une courte durée avant d'être envoyé à Auschwitz d'août 44 à l'évacuation. Après guerre on le retrouve à l'école dentaire d'Offenburg.

PREISLER, Peter. Schütze. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

PUCH Kommandoführer aux crématoires. Présence attestée par Henryk Tauber au procès de Höss.

QUAKERNACK, Walter. Oberscharführer. Né en 1917. Au K I en 41 et 42. A la Politische Abteilung. Enfin chef du sous-camp de Laurahütte. Jugé par un tribunal militaire anglais à Lüneburg en 46, il est condamné à mort en octobre et pendu à Hameln.

RACHBERGER, Stephan. Schütze. L'un des deux SS morts lors de la poursuite des 16 SS Ukrainiens qui se sont évadés la nuit du 03 au 04 juillet 43 (7 n'ont pas été repris). Voir aussi Rainicke.

RAINICKE, Karl. Scharführer. L'un des deux SS morts lors de la poursuite des 16 SS Ukrainiens qui se sont évadés la nuit du 03 au 04 juillet 43 (7 n'ont pas été repris). Voir aussi Rachberger.

RAKERS, Bernhard. Hauptscharführer. Né le 06 mars 1906 à Soegel (All). Rapportführer à Monowitz puis chef du sous-camp Gleiwitz II. Jugé à Osnabrück en 1953, il est condamné à la prison à vie.

REIBER, Heinrich. Sturmmann. Blockführer. Il est jugé à Cracovie en 48 et condamné à 10 ans de prison.

REICHENBACHER, Karl. Unterscharführer. Présence attestée à la Bekleidungskammer par le prisonnier survivant Jerzy BRANDHUBER.

REISCHENBECK, Wilhelm. Obersturmführer. Né le 23 juin 1902 à Munich. Entre à la SS en novembre 1930 (n°3.926). Il est à Mauthausen de 38 à 43. En août 44 il est envoyé à Auschwitz en tant que commandant d'une compagnie de gardes, jusqu'à l'évacuation qu'il est chargé d'organiser. Il est ainsi responsable de 25.000 prisonniers en partance pour Mauthausen. C'est là qu'il sera capturé par les troupes américaines et finalement relaché. Il est de nouveau arrêté en 57 et condamné l'année suivante (par les autorités allemandes) à 10 ans de prison pour ses actes lors des "marches de la mort" (voir glossaire si nécessaire). Il sera relaché 5 ans plus tard. Il mourra dans les années 70.

REMMELE, Josef. Hauptscharführer. Rapportführer et chef des sous-camps Neu-Dachs et Eintrachthütte. Il sera jugé, condamné à mort et exécuté.

REPCZUK. Présence attestée (printemps 42) aux sélections pour la chambre à gaz dans le Block des condamnés de Birkenau par le prisonnier Czeslaw Ostankowicz.

REINHERT, Peter. Unterscharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

REINICKE Karl. Scharführer. Présence attestée en 1943 sur liste de promus établie par la SS (archives d'Auschwitz).

REINICKE, Otto. Hauptscharführer. Entré à la SS sous le n°156.653. Arrivait du camp de Flossenbürg. A Auschwitz à l'Unterkunftsverwaltung.

RETT, Andreas. Obersturmführer. Né le 20 avril 1909 à Ingolstadt. Etudes dentaires. Il entre à la SS lorsqu'il quitte la SA en 1935 (n°411.930). Il arrive à Auschwitz en tant que dentiste en novembre 41 et sert à Auschwitz 1 comme à Birkenau. Il y reste jusqu'en janvier 44. Il est ensuite dans le Bataillon "Das Reich" en France. Capturé à la fin de la guerre, il est gardé prisonnier jusqu'à la fin de l'année 45 mais ne passera jamais en jugement.

RIECK, Willi. Untersturmführer. Entré à la SS sous le n°63.900. Arrivait de Dachau. Sachbearbeiter à Auschwitz.

ROHDE, Werner. Haupt- ou Obersturmführer. Né le 1er juin 1904 à Marburg. Médecin. Entre au NSDAP en 23 (n°1.663.050) et à la SS (après avoir été à la SA durant 2 ans) en janvier 36 (n°283.486). Il commence alors des études de médecine. Il est à Auschwitz II Birkenau de la mi-mars 43 et jusqu'à la fin juin 44, au "Lazaret" du BIb. Il testait les effets de substances narcotiques diverses sur les prisonniers, en souhaitant trouver parait-il le moyen de faire parler les prisonniers de guerre afin qu'ils livrent les secrets militaires qu'ils connaissaient. Les témoignages des femmes survivantes disent qu'il arrivait souvent aux sélections en ayant trop bu, qu'il acceptait parfois d'entendre les considérations qui lui étaient faites, qu'il a amélioré l'hygiène des conditions de vie au camp des femmes. Après Birkenau, il est allé au camp de Natzweiler et c’est dans ce cadre qu’il a été jugé par un Tribunal militaire Britannique à Wuppertal et condamné à mort le 1er juin 46. Il a été pendu à la prison de Hameln le 11 octobre 1946.

ROMEIKAT, Franz. Unterscharführer. Chef de l'imprimerie (?) (voir les "accusés du procès à Cracovie").

ROTH, Johann. SS Volksdeutsche qui a participé avec deux autres SS (Frank et L. Vesely) à l'évasion de cinq prisonniers le 27 octobre 44... et qui a finalement trahi (tous ont été exécutés).

RUMMEL, Leo. Unterscharführer. Blockführer. Jugé au tribunal de Wadowice en 1949, il sera condamné à 3 ans de prison.

RUNGE, Elfriede. Aufseherin. Elle est affectée à la Strafkompanie (voir ce terme dans le glossaire) des femmes créée à Budy fin juin 42. Une prisonnière du Kommando travaillant à la Sola s'étant évadée le 24 juin, les 200 autres femmes du même Kommando sont envoyées, en guise de punition collective, dans cette Strafkompanie dont elles seront les premières prisonnières. La responsable suivante de la compagnie punitive sera Elisabeth Hasse en octobre.

RUPPIK, . Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

SAUTHER, Erich. Né le 08 août 1905. Docteur en médecine. Il travailla au centre dentaire de l’hôpital SS d’Auschwitz à partir d’octobre 42.

SAWATZKI, Willi Rudolf. Haupt- ou Oberscharführer. Né le 10 novembre 1919 à Perleberg (All). Blockführer puis Lagerführer du BIIe de Birkenau ("Zigunerlager"). Devait être jugé au procès de Francfort mais y a finalement échappé. Le témoin Arie Fuks se souvient de sa présence sur la Rampe (101è jour du procès, déposition du 16 oct 1964). Semble avoir été jugé lors d'un procès plus tardif (1976) mais toujours à Francfort. Son cas est confus.

SCHATZ, Willi. Obersturmführer. Né le 1er février 1905 à Hannovre. Fils de dentiste. Il est formé comme dentiste lui aussi à l'Université de Göttingen où il obtient son diplôme en 1932. Il entre alors au NSDAP puis à la SS. En janvier 44 il est affecté à Auschwitz sous les ordres de Willi FRANK. Il devient responsable des extractions dentaires au sortir des chambres à gaz. Les témoins disent l'avoir souvent vu près des crématoires de Birkenau et portant un masque à gaz en compagnie du "médecin" Franz LUCAS. Il y reste jusqu'à sa mutation pour le camp de Neuengamme fin août 44. C'est là qu'il sera capturé par les troupes Britaniques qui, ignorant son passé, le relachent en janvier 46. Il repart alors dans sa ville natale et exerce comme dentiste. En décembre 59 il est arrêté par l'Allemagne pour le procès de Francfort. Le 20 août 65 il y est acquitté. Il retourne à son cabinet dentaire jusqu'à sa retraite. Il meurt en 1985.

SCHEBECK, Franz. Unterscharführer. Né le 15 septembre 1907. Membre de la SS (n°301 333). Il arriva d’Oranienburg à Auschwitz le 25 juin 40, où il exerça la fonction de chef d’entrepôt de ravitaillement pour les détenus. Après la guerre, il fut jugé à Vienne et condamné à 10 ans de prison.

SCHEFFLER ; Hans. Oberscharführer. Né le 08 décembre 1912. Membre de la SS (n°218 602). Il arrive de Buchenwald à Auschwitz le 16 mai 40 en tant que cuisinier de la cuisine SS. Il en sera nommé chef le 1er juillet 44.

SCHEINMETZ, . Rottenführer. Né en 1918. Kommandoführer au Sonderkommando, au Bunker 2 puis au K IV. A souvent été vu introduisant le Zyklon dans les chambres à gaz sur ordre de Mengele (attesté notamment par S. Dragon et H. Tauber en 1945). A disparu après guerre.

SCHERPE, Herbert. Oberscharführer. SDG (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

SCHILLINGER, Josef. Oberscharführer. Il a occupé différents postes dont Rapportführer, chef d’équipe de travail au camp annexe de Chelmek (avec Emmerich, voir ce nom ci-dessus), et chef de cuisine à Birkenau. Il était l’un de ceux qui conduisaient les Juifs à leur arrivée, après la sélection, de la Rampe à la chambre à gaz. Il était considéré comme particulièrement sadique, même par les SS eux-mêmes. Il est mort de ses blessures, causées par une femme qui s’est rebellée dans la salle de déshabillage fin octobre 43 (évènement relaté par plusieurs anciens membres de Sonderkommando survivants). Elle blessera également le SS Unterscharführer Emmerich.

SCHITTEN, Vinzent. Oberscharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

SCHLAGE, Bruno. Ober- ou Unterscharführer. Blockführer au Block 11 (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

SCHMIDECKI, Walter. Obersturmführer. Chef de l'Abteilung IV à Monowitz. Sera condamné à trois ans de prison en 48 au tribunal de Cracovie.

SCHMIDT, Josef. Rottenführer. Blockführer. Sera condamné à 7 ans de prison à Wadowice en 48.

SCHOBERT, Hans. Unterscharführer. Politische Abteilung (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

SCHÖTTL, Vinzenz. Obersturmführer. Né le 30 juin 1905 à Appersdorf. Entré à la SS en janvier 1931. A Dachau de 33 à 37. Court passage à Neuengamme puis Lublin avant d'arriver à Auschwitz en juillet 42. Commandement du Kommando Buna Werke (Schutzhaftlagerführer) jusqu'à l'évacuation. Il sera ensuite à Dachau (sous camp de Kaufering) et jugé au procès de Dachau par le tribunal américain. Condamné à mort et exécuté le 26 mai 46.

SCHOPPE, Heinrich. Unterscharführer nommé à l'Abteilung III du camp en avril 42.

SCHREIRER, Heinrich. Oberscharführer. 1923- ? (voir "accusés du procès à Lüneburg").

SCHRÖDER, Richard. Unterscharführer. Blockführer (voir les "accusés du procès à Cracovie").

SCHULTZ / SCHULZ. Arbeitsführer. S'agit-il de l'Arbeitsführer Schulz qui était en France en 40 comme chef du bureau de la propagande ("Leiter der Gruppe Schrifttum der Propagandaabteilung") ? Il y a eu plusieurs SS nommés Schulz à Auschwitz (dont deux ont été jugés à Wadowice, l'un en 48 et l'autre en 49).

SCHUMACHER, Hans. Unterscharführer. Magasin du camp. (Voir les "accusés du procès à Cracovie").

SCHUMANN, Horst. Sturmannführer. Né le 11 mai 1906. Fils de médecin. Médecin à Auschwitz. Il intègre le parti NS durant ses études en 30 et la SA en 32. Officiellement médecin en 33 il s’installe, mais rejoint la Luftwaffe en 39. Quelques mois après la déclaration de la guerre, Victor Brack lui demande de participer à l’opération d’euthanasie T4. Il accepte. Il exerce diverses activités déjà apparentées à des sélections pour les gazages. Les recherches menées par le Tribunal du procès de Francfort amènent à évaluer à 13 720 le nombre de malades mentaux condamnés par lui dans ce cadre. Il est ensuite membre d’une commission médicale qui sélectionne des prisonniers dans divers camps (Auschwitz, Buchenwald, Dachau, Flossenburg, Gross-Rosen, Mauthausen, Neuengamme et Niederhagen). Il vient pour la 1ère fois à Auschwitz en juillet 41 pour sélectionner 575 prisonniers qu’il emmène à Sonnenstein pour être gazés. Il revient s’installer cette fois en novembre 42 pour mener des expériences sur la stérilisation. Un lieu est aménagé à cet effet au Block 30 du camp des femmes (BIa) où il expérimente des méthodes par rayons X, et pratique des castrations au Block 10 du camp d’Auschwitz I. Il y sévira en compagnie de Clauberg (voir ce nom ci-dessus). Un nombre important de décès est bien entendu à son actif. Des détenus médecins devaient participer aux opérations de castrations puisque Schumann n’avait aucune connaissance en chirurgie. On peut estimer ses victimes à environ un millier. Après avoir transmis à Himmler des résultats négatifs (méthode par radiation trop coûteuse) il quitte Auschwitz au printemps 44. Ce qu’il a fait ensuite est confus, mais il a vraisemblablement repris malgré tout ses expériences à Ravensbrück. D’après ses propres indications, il est ensuite devenu médecin de troupe en janvier 45. En 49, il ouvre son propre cabinet médical en Allemagne sous son véritable nom. Il est retrouvé en 51 mais prévenu, il s’enfuit. En 54 il demande le rétablissement d’un passeport Allemand aux autorités Japonaises qu’il obtient sous son véritable nom. En 55 il est repéré en Egypte et au Soudan puis au Ghana où le chef d’état le prit sous sa protection. Il est tout de même livré à la RFA en novembre 66. Le 23 septembre 70 le procès de Francfort commence et le 10 mars 71 il fait un collapsus… vraisemblablement simulé. Il ne fera donc pas partie des accusés du procès : il est jugé incapable de supporter les débats et libéré… à tel point qu’il a vécu jusqu’en 83 (77 ans) à Francfort.

SCHURZ. A la Politische Abteilung (cité par Bruno Baum, survivant, dans son livre Widerstand in Auschwitz).

SCHWARZ, Heinrich. Hauptstumrführer. Né le 14 juin 1906. Membre du parti nazi et de la SS (n°19 691). Après le déclanchement de la guerre, il fut envoyé faire son service à Mauthausen d’où, en novembre 41 on le transféra à Auschwitz en tant que chef de la section de la main d’œuvre -Arbeitseinsatzführer- (il est officiellement nommé à l'Abteilung IIIa le 15 avril 42). Lors du procès du SS Aumeier, celui-ci indique la présence de Schwarz lors des gazages aux Bunkers. En novembre 43, il est affecté à Auschwitz III Monovitz et dirigera le camp jusqu’à son évacuation en janvier 45. Il prend ensuite le commandement du camp de Natzweiler. Il est jugé par un tribunal militaire Français et condamné à mort en février 47. Il sera exécuté le mois suivant.

SCHWARZHUBER, Johann. Obersturmführer. Né en 1904 à Tutzing en Bavière. Entré dans la SS en 33, il est directement allé à Dachau comme Blockführer. Ensuite Sachsenhausen en 38 en tant que Rapportführer puis à Auschwitz en septembre 41 où il a été nommé chef du camp des hommes à Birkenau (en mars 42 ou en novembre 43 ?). Il est décrit très diversement par les survivants parce qu’il pouvait à la fois envoyer des milliers de personnes à la mort et à la fois essayer d’en sauver quelques-unes. Il a par exemple sauvé 78 enfants du camp des Theresienstädter en les emmenant dans le camp des hommes, mais Filip Müller atteste de sa présence (dans le film Shoah) la nuit où les Theresienstädter furent amenés au KII dans les conditions de grande violence que l'on sait. Il revient à Dachau en 44 où on lui donne la responsabilité des camps annexes. En janvier 45 il est muté à Ravensbrück en tant que chef de camp (Schutzhaftlagerführer) où il avait donc la responsabilité directe des gazages qui eurent lieu les derniers mois de l’existence de ce camp. Jugé par un tribunal militaire Britannique et condamné à mort le 03 février 47, il a été pendu le 03 mai 47 à Hameln.

SCHWELA, Siegfried. Hauptsturmführer. Né le 23 mars 1903 (ou le 03 mai 1905 ?). SS n°33.800 et NSDAP n°169.110. Il est, en tant que médecin, en 39 à Lodz, en 1940 au camp de Stutthof. Il va ensuite à Auschwitz de juillet 41 à mai 42. Il ordonne des sélections, participe aux opérations de gazage (dès les premières expériences que mènent les SS à la fin 41). Il meurt de l'épidémie de typhus de Birkenau en mai 42. Oskar Dienstbach (de mai à août 42) puis Kurt Uhlenbrock et Eduard Wirths (de septembre 42 à janvier 45) lui succéderont (voir ces noms dans la présente page).

SEIDEL. Obersturmführer. Seule trace du passagfe de ce SS à Auschwitz dans une déclaration d'E. Mühsfeldt préparatoire à son procès quant au camp de Flossenbürg qui s'est ouvert à Dachau le 12 juin 1946 (Tribunal militaire américain).

SEIDLER, Fritz. Hauptsturmführer.  Né le 18 juillet 1907. Membre du parti nazi et de la SS (n°135 387). En novembre 1940, il prend les fonctions de deuxième chef de camp derrière Franz Maier (qui n’avait exercé cette fonction que quelques mois et fut convoqué devant un tribunal de guerre pour les abus qu’il commettait). D’octobre 41 à mars 42 il fut à la fois adjoint au chef de camp des prisonniers de guerre soviétiques. Il fut ensuite transféré à Mauthausen.

SEITZ (ou ZAJC) Oberscharführer, transféré à Auschwitz depuis Majdanek. Employé au K V.

SELL. Obersturmführer évoqué par Aumeier lors de son procès, comme ayant été présent lors des gazages aux Bunkers de 1942-43.

SEUFERT, Karl. Né le 1er novembre 1913 à Würzburg. Mécanicien. Entré à la SS en mars 33. De mai 34 à novembre 40 il est à Dachau puis, jusqu'en novembre 41 à Auschwitz. Il est ensuite à Majdanek jusqu'au 24 juillet 44 et revient ensuite à Auschwitz (Monowitz) jusqu'en février 45. Il sera ensuite à Buchenwald. Arrêté par les Américains. (Source : procès Mühsfeldt, Archives d'Auschwitz, ZO-61) Il sera Blockführer au Block 11 (in Hefte n°21). Voir aussi la page des "accusés du procès à Cracovie".

SIERT (Robert ?). Scharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

SOHNUCKER, Josef. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

SORGALLA, Fritz. Rottenführer. Blockführer. En procès à Cracovie en 48, il aura une peine de 4 ans.

SPALEK, Heinrich. Rottenführer. Blockführer. En procès à Cracovie en 48, il aura une peine de 6 ans.

SPITSCHUH, Jakob. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

STADLER, Karl. Rottenführer. Blockführer. En procès à Cracovie en 48, il aura une peine de 10 ans.

STANISSEK, Thomas. Rottenführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

STARK, Hans. Untersturmführer. 1921-1991 (voir "accusés du procès d'Auschwitz à Francfort").

STEINBERG, Karl. Unterscharführer. Né le 22 octobre 1897 à Atzendorf. Un survivant atteste de sa présence à la Strafkompanie avant qu'il ne devienne chef des K II et K III au printemps 1944. Particulièrement remarqué pour sa brutalité. Évoqué par Filip Müller, Miklos Niyszly, Dov Paisikovic, Henryk Tauber et Alter Feinsilber. On ignore son devenir après-guerre.

STERNBERG, . Rottenführer. Il prend en charge la Strafkompanie (voir ce mot dans le glossaire) de Birkenau à son ouverture le 09 mai 1942 et reste à ce poste durant quelques semaines avant d'y être relevé par Otto Moll (voir ce nom ci-dessus).

STIEWITZ, Friedrich. Unterscharführer employé aux crématoires de Birkenau. Cité notamment par le survivant Alfred Wetzler et par le SS E. Mühsfeldt dans une déclaration préparatoire à son procès quant au camp de Flossenbürg qui s'est ouvert à Dachau le 12 juin 1946 devant un Tribunal militaire américain.

STRUTZ. Garde ("Posten"). Présence attestée par le SS Pery Broad le jour de la tentative d'évasion des deux prisonniers du Sonderkommando Wladyslaw Knopp et Samuel Culea, le 07 décembre 1942.

SWIERCZYNSKI, Georg. Unterscharführer. Rapportführer.

SZCZUREK, Paul. Untersturm- ou Unterscharführer à Auschwitz de 40 au 19 janvier 45. Blockführer aux 10, 22, 15 et 13. En 44 à Eintrachtshütte puis à Monowitz (infos procès Grabner). Compléments de biographie sur la page des "accusés du procès à Cracovie".

TAUBE, Adolf. Unterscharführer. Né le 25 septembre 1908 à Rudelsdorf. Rapportführer au BIb de Birkenau (camp des femmes) où il a laissé de sinistres souvenirs auprès des survivantes, puis Lagerführer.

 

TEMPEL, Wilhelm. Né en 1908. Entré à la SS en 1932. Accusé au procès de Dachau (Hauptprozess, nov/déc 1945, Tribunal US), il déclare avoir été à Lublin à partir d'octobre 42, puis de là à Auschwitz [à partir de quand ?] jusqu'à la fin juillet 44 et être arrivé ensuite à Dachau (Kaufering 4 puis 1) comme Arbeitsdienstführer d'août 44 à la libération du camp en avril 45. N'ayant pas trouvé d'information le concernant autre que sa propre déclaration, j'ignore donc la durée de sa présence à Auschwitz, le lieu auquel il était nommé (Stammlager ? Birkenau ? Monowitz ? un sous-camp ?) et ses attributions. Il sera condamné à mort lors de ce procès et exécuté.  

TEUB(N)ER / TÄUBER, Karl Heinz. Sturmbann- ou Hauptsturmführer. Né le 26 décembre 1907 à Glogau (All). Dentiste à Auschwitz durant la présence d'Aumeier (cité par lui dans l'un de ses interrogatoires avant son procès) du 15 décembre 42 au 15 juillet 43 (info procès de Grabner). Sera jugé en 48 à Cracovie. Peine de 4 ans de prison.

THEUR / TEUER, Adolf. Unterscharführer. Né le 20 septembre 1920 à Bolatice. Cité par Pery Broad (orthographié Teuer) dans sa déclaration. C’est un "désinfecteur", c'est-à-dire un SS dont le rôle est de verser le contenu des boîtes de Zyklon dans les chambres à gaz. Il est cité également par l'historienne D. Czech (orthographié Theur), également en tant que "Desinfektor". Jugé à Opava (Tch), il est condamné à mort en avril 47 et exécuté.

THILO, Heinz. Hauptsturmführer. Né le 08 octobre 1911. Entré au parti NS en 30 et à la SS en 34. Il termine ses études médicales en 35 et travaille comme gynécologue pour "l’organisation Lebensborn" d’avril 38 à fin 41. Il va six mois au front avant de venir à Auschwitz en octobre 42 où il sera responsable de l’HKB à Birkenau. Comme tous les médecins de Birkenau, il assurait fréquemment le service de la rampe. Il sélectionnait aussi au HKB et participa à la liquidation du camp des Theresienstädter en mars 44. En octobre 44 il a été muté à Groß-Rosen où il est resté jusqu’à février 45 comme médecin du camp. Il a quitté le camp peu avant sa libération et s’est suicidé en avril 45.

THOMSEN, Reinhard. Obersturmführer. Il faisait partie de la section s'occupant de l'agriculture et la gestion du camp (Landwirtschaft) dépendant de Cäsar. Présence attestée par le SS E. Mühsfeldt dans une déclaration du 1er août 47 en préparation de son propre procès à Dachau.

TRZEBINSKY, Alfred. Hauptsturmführer. Médecin. Sera jugé à Hamburg au procès du camp de Neuengamme par un tribunal britannique qui le condamnera à mort. Il sera exécuté.

UHLENBROOCK, Kurt. Sturmbannführer. Né le 02 mars 1908 à Rostock. Après avoir commencé des études d'ingénieur, il poursuit en médecine et obtient son diplôme en 35. Il entre au NSDAP en 37 et à la SS en 40. Il est affecté à Auschwitz en août 42 où, en tant que médecin spécialisé dans le combat contre les maladies, il effectuait des sélections. A son arrivée par exemple, il sélectionne 750 prisonniers affectés par le typhus et les envoie aux chambres à gaz. Il est transféré en octobre 42 (après avoir contracté lui-même le typhus) et remis dans le service actif (5è SS Panzer division). Il témoigne lors du procès d'Auschwitz à Francfort mais aucune poursuite contre lui n'est engagée. Il reprend donc son emploi de médecin sans être inquiété jusqu'à la fin de ses jours.

VAUPEL. Hauptscharführer. Feldwebel, présence attestée par le SS Pery Broad (p128) lors du 1er gazage au KI en 1945.

VETTER, Helmut. Obersturmführer. Né le 21 mars 1910 à Rastenberg (All.). Entré à la SS en novembre 33. et au NSDAP en mai 37 lorsqu'il reçut son diplôme de médecin. Il exerça en tant que tel à Dachau, Auschwitz (du 13 octobre 42 à août 44) et Mauthausen. Par jugement du Tribunal militaire Américain, il est condamné à la peine de mort. Son exécution a lieu en février 49.

VILLAIN, Heinz. Rottenführer. Blockführer. Jugé à Düsseldorf dans le cadre du procès de Majdanek en 1979, il est condamné à 6 ans de prison.

VOGT, Friedrich. Schütze. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

VOLKENRATH, Elisabeth. Oberaufseherin. 1919-1945. (voir "accusés du procès à Lüneburg").

VOSS, Peter. Oberscharführer. 1897-1976. Chef de tous les crématoires de Birkenau jusqu'en mai 44 puis des K IV et V. N'a jamais été poursuivi.

WAGNER à Birkenau en 44. Sera envoyé au front. Est-ce la même personne que le SS-Sturmmann WAGENER, Voklsdeutscher de Hongrie, cité par Kurt Marcus (archives du procès Grabner) comme "assouvissant ses pulsions sadiques" ("befriedigten ihre sadistischen Veranlagungen") ?

WEBER, Johannes. Sturmmann. A la cuisine des prisonniers. Voir la page des "accusés du procès à Cracovie".

WEIDL Georg. Scharführer. Présent au camp en 1943 (sur liste de promus établie par la SS, archives d'Auschwitz).

WEINGARTNER, Peter. Schütze. Blockführer. 1913-1945. (voir "accusés du procès à Lüneburg").

WIDEMANN, Xaver. Rottenführer. SDG. Condamné à 8 ans de prison à Cracovie en 48.

WIECZOREK, Gustav. Oberscharführer. Né le 02 septembre 1919 à Gramsdorf (All.). Il était à la Politische Abteilung. Jugé à Cracovie en 48, il est condamné à 10 ans de prison. Il meurt le 30 juin 1951.

WIGLEP. Scharführer. Présence au Kanada de Birkenau attestée par le survivant Rudolf Vrba dans son ouvrage (p227).

WIRTHS, Eduard. Obersturmbannführer. Né le 04 septembre 1909 à Würzburg. Il entre à la SA en 33 et à la SS en 34. Au début de la guerre, affecté dans les Waffen-SS, il fut incorporé comme médecin et envoyé en Norvège puis au front. En 1942 il fut envoyé à Dachau puis Neuengamme. Le 06 septembre 42 il prit le poste de médecin de garnison à Auschwitz. C'est à lui que l'on doit le fait que ce soient les médecins, puis l'ensemble du personnel sanitaire, qui assure la sélection des déportés à leur arrivée. De son point de vue il s'agissait de "limiter les abus". Il effectua des expériences (dans le cadre de recherches sur le cancer ) et pratiqua des interventions chirurgicales sur les femmes Juives au Block 10 d’Auschwitz I à partir de la mise en place en 1943 du centre expérimental à la disposition de Carl Clauberg (voir ce nom). Il fut ensuite médecin à Dora, Bergen-Belsen et Neuengamme. Il décrivit ses activités lorsqu’il fut arrêté par les autorités Britanniques. En septembre 45, il se suicida en prison.

WOLF, Joachim. Unterscharführer. Rapportführer au BIId de Birkenau. Né le 23 juillet 1910 à Leipzig. En 1944, informe des prisonniers des mouvements clandestins de la résistance dans le camp (par le biais de Jozef Mikusz notamment, prisonnier n° 7.794, membre du ZOW de Birkenau) des projets SS de liquider Birkenau. L'information, transmise à Londres, passera à la BBC en septembre. Au procès d'Auschwitz à Francfort, le témoin Jozef Mikusz, survivant, dira "Joachim Wolf, Rapportführer von dem Abschnitt BIId, der niemals jemanden geschlagen hat" (151è jour du procès, 26 avril 1965). Il est mort le 30 mai 45 à Schwarmstedt (Allemagne).

WOSNITZA, Erich. Untersturmführer. A la Politische Abteilung avec GRABNER (voir ce nom). Destin inconnu.

WOSNITZKA, Georg. Sturmmann. Né à Katowice le 30 aoüt 1911. Appartenait au Desinfektionskommando. A ce titre, il assistait aux gazages aux Bunkers. Présence attestée par le témoignage d'un survivant (collection de témoignages, vol. 54 p134, Archives d'Auschwitz). Destin inconnu.

WUNSCH, Franz. Unterscharführer. Aufseher au Kanada. Né le 21 mars 1922 à Drasenhofen. Dans son livre de témoignage, la survivante Krystyna Zywulska l'appelle "le boîteux qui était tombé amoureux d'une Juive". Jugé à Vienne (procès avec Graff) du 25 avril au 27 juin 1972. Les deux sont acquittés.

WURM (cité par Krystyna Zywulska).

WÜRZ. Médecin SS visiblement présent à Auschwitz au moins au début de l'existence du camp, il est cité à différentes reprises par le SS Grabner lors des auditions précédant son procès. Notamment (à propos de la transformation du KI en lieu de gazage) : "Hier war schon der überfleißige Würz Standortartzt, mit seiner Sanitätsgehilfen Schweler" (c.à d. le SS Schwella). Ou aussi :"Würz hat sich mit Höss beraten, wegen den Vergasungen [...] Würz liess das Lager sauber machen, er liess alle Leute vergasen".

WYMOCZEK à Birkenau en 44 (témoignage de Krystyna Zywulska). Sera envoyé au front.

ZEINER. Unterscharführer à la Zahnstation. Présence attestée par le prisonnier survivant Zdzislaw MIKOLAJSKI lors du procès d'Aumeier.

ZIEG, Wilhelm. Rottenführer. L'ancien prisonnier Zladislaw Mikolajski l'évoque au procès de Cracovie comme ayant servi d'escorte aux prisonniers.

ZIEMS(S)EN, Wilhelm. Hauptsturmführer. Né le 21 février 1910 à Neuneck (All.). Adjoint de CÄSAR (voir ce nom) au département agricole d'Auschwitz (déclaration du SS Aumeier lors d'un interrogatoire précédant son procès). Mort le 30 septembre 43. Joachim CAESAR l'évoquera en effet lors du procès d'Auschwitz à Francfort : "Ziemssen, ja, der war mein Vertreter in der Landwirtschaft" (23è jour du procès, le 05 mars1964).

 

[Première mise en ligne en octobre 2006, dernière mise à jour en février 2017.
Merci de ne pas voler ces années de travail par un copié-collé qui n'indiquerait pas sa source.]

Les SS

biographies En 1920, Hitler créé le parti National-socialiste (NSDAP, Nationalsozialistiche Deutsche ArbeitenPartei) et en 1925 la SS. Elle sera ensuite subdivisée en trois branches : Allgemeine,[...]
  
les-ssCette page évoque les SS des camps d’Auschwitz, que ce soit le Stammlager (Auschwitz I), Birkenau (Auschwitz II), Monowitz (Auschwitz III) ou les sous-camps. Mon propos n’est évidemment pas d’être[...]