Victor Martin est né le 19 janvier 1912 à Blaton. Décrit comme humble, voire effacé, par ceux qui l'ont connu, rien ne le prédisposait donc à être célèbre. Force est de constater qu'il ne l'est toujours pas aujourd'hui, sinon dans sa petite commune de naissance où une place porte son nom (mais depuis peu) et la maison où il vécut, une plaque. C'est pour réparer cela qu'a été réalisé ce film. Il est construit essentiellement sur les mots du rapport remis par Victor à son retour de mission, émaillé de témoignages pour le corroborer et le compléter (tel celui de l'historien de la Shoah en Belgique Maxime Steinberg et divers témoins de l'époque). En 1942, Victor adhère au FI (Front de l'Indépendance, notamment fondé par Ghert Jospa) et c'est en tant que membre de cette organisation de Résistance qu'il va se voir confier une mission : découvrir où sont déportés les Juifs partant de Belgique. Sous le prétexte d'études universitaires il obtient des nazis des papiers en règle pour se déplacer vers l'Est (le 04 janvier 43). Il est autorisé à aller jusque Breslau (Wrocław) où... il s'éclipse. Il va alors découvrir Auschwitz en y entrant clandestinement avec des STO français qui y travaillaient... Il reviendra non sans mal (arrêté et torturé par la Gestapo qui ne croit qu'à une mission d'espionnage industriel) en s'évadant du camp où il est enfermé. De retour à Bruxelles il fait son rapport, mais celui-ci a peu d'écho. Est-ce parce qu'il est insuffisamment diffusé ou parce que l'extermination des Juifs qu'il affirme est une idée qui dépasse l'entendement humain et ne semble donc pas crédible ? S'interroge sur ces questions Gerhart Riegner, l'auteur du célèbre télégramme d'août 42 qui, lui aussi a voulu alerter sans réussir à mobiliser.

Ressources

eugen-kogon-hermann-langbein-adalbert-ruckerl-les-chambres-a-gaz-secret-detatLa matière de cet ouvrage a été recherchée par vingt-quatre survivants de tous horizons (historiens ou juristes, Juifs ou pas, de divers pays (Allemagne, Autriche, France, Hollande, Israël et Pologne)[...]
  
moshe-a-elie-garbarz-un-survivantLe témoignage du père, Moshe, qui a tenu à ce qu’il soit écrit par un de ses fils, ce fut Elie. Moshe Garbarz est né et a grandi en Pologne, et son livre commence par ce récit du quotidien d'un enfant[...]
  
frania-eisenbach-haverland-tant-que-je-vivrai-tarnow-plaszow-birkenau-et-autres-lieuxL'auteur a été déportée à Birkenau (n° A-22.350) après avoir vécu le ghetto de Tarnów, la ville où elle est née en 1926, puis le camp de Plaszów. Elle expose ici, avec le soutien de Dany Boimare, ce[...]
  
seweryna-szmaglewska-smoke-over-birkenauL'auteur, Polonaise née en 1916, a été déportée à Birkenau en tant que politique en 1942 (pour action de Résistance). Elle a écrit le présent témoignage dès son retour, la première édition date de 1945.[...]
  
olga-lengyel-souvenirs-de-lau-dela Déportée en mai 44 avec ses parents, son mari et ses deux fils, tatouée sous le n°25.403, l'auteur était médecin et femme de chirurgien. Elle fut seule de sa famille à revenir de Birkenau. Son[...]
  
lajos-koltai--sorstalansag-etre-sans-destin-hongrie-2005-2h20Scénario à partir du texte d'Imre Kertesz, rédigé par lui-même.
  
claude-lanzmann-shoah-france-1979Ce considérable travail de collecte de témoignages et d’informations n’étant plus à présenter, nous nous limiterons à préciser, dans le cadre de ce site, que divers anciens prisonniers membres de[...]